31 décembre 2015

Cadeaux de Noël et retour sur l'année 2015


Bonjour à tous ! Je voulais tout d'abord souhaiter à chacun et chacune d'entre vous un Joyeux Temps des Fêtes (un peu en retard, cela va de soit, mais il reste toujours le Nouvel An !) Je voulais aujourd'hui vous montrer mes nouvelles acquisitions livresques pour le mois de décembre (ce qui constitue, en grande partie, mes cadeaux de Noël) et faire un retour complet sur mon année 2015 avec vous ! 

Donc pour Noël, j'ai reçu les titres suivants:






Je n'ai pas encore réussi à déterminer quelle sera ma prochaine lecture... Tous les titres de cette liste ont l'air excellents et je préférerais relire le tome 1 de Endgame et La Voie des Ombres avant de poursuivre chacune de ces trilogies. Je doute toutefois de réussir à me contrôler à lire le tome 2 de Endgame... 

L'année 2015 a été pour moi l'année de la création de mon blog. Il s'agit aussi de l'année qui m'a fait redécouvrir ma passion pour la lecture puisque, depuis que je suis aux études supérieures (soit à peu près 3 ans), j'avais diminué de beaucoup ma consommation de livres ! Or, depuis le mois d'août, je me suis bien rattrapée et, à mon grand étonnement, j'ai réussi à ajouter la lecture à mes passe-temps quotidiens sans que cela nuise outre mesure à mes études ou ma vie sociale. Le furetage sur Facebook a ainsi été remplacé par de la lecture, ce qui est très satisfaisant. Les heures habituellement perdues sont maintenant récupérées d'une façon que j'apprécie beaucoup et je suis contente d'avoir réussi à reprendre un peu le contrôle de mon temps libre. 

Ainsi, grâce à de la volonté, j'ai réussi à lire 15 livres cette année, dont 11 titres depuis le mois d'août. Les 4 autres tomes que j'ai lu cette année (et qui n'ont pas été chroniqué sur mon blog) sont: 





Ces livres ne seront malheureusement pas chroniqués sur mon blog, sauf si je me décide à les relire (cela ne devrait pas être le cas pour les deux tomes écrits par Salvatore, mais il se pourrait bien que Endgame tome 1 et La descendante puisse faire l'objet de chronique subséquemment). Je me suis rendue compte que c'est grâce à Fangirl de Rainbow Rowell, que j'ai redécouvert ma passion pour la lecture. Ce petit bijou est tellement léger et addictif qu'il ne peut que donner le goût de le dévorer en entier en très peu de temps. Je ne le considère pas comme un coup de cœur en soi, mais il est arrivé à un moment où j'en avais grandement besoin. 
Et donc, quels ont été mes coups de coeur de l'année 2015 niveau lecture ?
Sans nul doute, le premier de la liste est Endgame. Il s'agit d'un livre très poignant qui nous fait découvrir plusieurs personnes différentes et qui nous ouvre les yeux sur la cruauté de la nature humaine. On a souvent comparé Endgame à Hunger Games, mais cela n'a franchement rien à voir. Hunger Games est une très bonne trilogie, que j'ai beaucoup apprécié, mais Endgame est beaucoup plus sombre et cruel. Pour ceux d'entre vous qui ne connaissent pas, on raconte ici l'histoire de 12 descendants de lignée ancestrale, qui s'entraînent depuis leur plus jeune âge en vue des Endgame. Lorsque ceux-ci se déclenchent, la planète devient leur terrain de jeux. Le but ultime est de trouver un objet grâce aux indices fournis. Toutefois, certains des participants ne voient pas la partie comme ça et préfèrent se fixer leur propre objectif afin de gagner la partie. L'enjeu est ici énorme: ils pourront sauver tous les descendants de leur lignée s'il gagne. Mais il ne doit en rester qu'un seul... 

Puis, après réflexion, je crois avoir eu un coup de coeur pour le Labyrinthe de James Dashner. En effet, l'ambiance du livre était extraordinaire au départ: on ne savait pas du tout où on était, qui était le personnage que l'on suivait ni non plus la raison de sa présence dans un lieu si mystérieux. En plus, personne ne voulait donner d'explications à Thomas, ce qui était très frustrant par moment. Mais voilà: j'ai adoré ressentir cette frustration. Je vous l'ai déjà dit, les débuts de série sont mes moments préférés (surtout les débuts de trilogie). J'ai ici été amplement servi, presqu'autant que dans le premier tome de Divergence. Les autres tomes, quant à eux, n'ont toutefois pas été aussi merveilleux à mes yeux. 

Les autres livres ont été de moyennes, bonnes ou même très bonnes lectures, mais je n'ai pas eu de vraies déceptions durant l'année. Cela est sans doute dû au faible nombre de livres lus, ou alors à la chance du débutant ! Je ne suis pas encore capable de déterminer si Promise, de Ally Condie, a été une très bonne lecture ou un coup de cœur pour moi ! Cela se précisera sans doute à la lecture des tomes suivants ! 

Pour l'année 2016, je me fixe comme objectif de lire les livres qui sont actuellement dans ma PAL (en excluant les deux Trône de fer), soit 8 livres, en plus de ceux que j'ai énumérés pour le Challenge de l'Imaginaire. J'espère bien réussir à tout lire (surtout que, cette année, je ne passerai pas mon été à l'école !), mais mon objectif réaliste de cette année est de 25 livres. 

Merci à vous de me lire et je vous souhaite à toutes et à tous une très belle année 2016 ! Santé, succès, bonheur et amour, voilà tout ce que vous avez besoin pour une année réussie ! On se retrouve l'année prochaine ! 



17 décembre 2015

Demain par Guillaume Musso


Auteur: Guillaume Musso
Éditeur: Éditions XO
Collection: ----- 
Pages: 440
Parution: 28 février 2013


Quatrième de couverture: 

Elle est son passé…

… il est son avenir.

Emma vit à New York. À 32 ans, elle continue de chercher l’homme de sa vie. Matthew habite à Boston. Il a perdu sa femme dans un terrible accident et élève seul sa fille de quatre ans. Ils font connaissance grâce à Internet et bientôt, leurs échanges de mails les laissent penser qu’ils ont enfin droit au bonheur. Désireux de se rencontrer, ils se donnent rendez-vous dans un petit restaurant italien de Manhattan. Le même jour à la même heure, ils poussent chacun à leur tour la porte du restaurant. Ils sont conduits à la même table et pourtant… ils ne se croiseront jamais. Jeu de mensonges ? Fantasme de l’un ? Manipulation de l’autre ? Victimes d’une réalité qui les dépasse, Matthew et Emma vont rapidement se rendre compte qu’il ne s’agit pas d’un simple rendez-vous manqué…

Mon classement: Or

Mon avis:  

J'ai réussi à acquérir ce livre dans une vente de livres usagés dans le centre commercial près de chez moi. Il m'a immédiatement attiré par son bon état, d'abord, mais aussi par le nom de l'auteur, qui a une réputation à ne plus refaire. Sachant que plusieurs de mes amies aiment beaucoup les œuvres de Guillaume Musso (au point de toutes les avoir lues), j'ai décidé de saisir cette occasion de découvrir un nouvel auteur. Et je dois dire que j'ai été admirablement surprise, moi qui ne croyait pas aimer à la base.

Ce qui m'a le plus surpris, au départ, c'est la qualité de l'écriture. En effet, dès le début du roman, l'auteur nous en met plein la vue dans ses descriptions de personnages, de lieux et d'émotions. J'ai donc été bien contente de découvrir un auteur français qui ne se gêne pas pour utiliser un bon niveau de vocabulaire. J'ai toutefois remarqué que, dès que les cinquante premières pages ont été dépassées, le niveau littéraire a quelque peu diminué, sans que cela soit dramatique. En effet, on voit alors que l'auteur se concentre sur l'action plutôt que l'élaboration de belles phrases, ce qui est tout à fait normal dans un livre à suspense. Je crois toutefois que, si le niveau de langue était resté le même, j'aurais eu un coup de coeur pour ce livre. C'est le petit plus qui manque, selon moi.

Donc on entre ici dans deux histoires distinctes, soit celle de Matthew, qui vit à Boston, et celle d'Emma, qui habite à New York. Cela fait pratiquement un an que la femme de Matthew est décédée lorsqu'il s'achète un nouvel ordinateur et commence à clavarder avec Emma. Voyant qu'ils ont plusieurs points en commun, ils décident de se rencontrer dans un restaurant de New York. Ils se présentent alors tous les deux au restaurant, mais jamais ils ne se croisent. Que s'est-il passé ? Ce questionnement est l'un des nombreux mystères qu'il faut résoudre dans ce livre. En fait, on y va de révélations en révélations. Le tout est très bien orchestré et découle logiquement, sans qu'aucune erreur ne soit commise par l'auteur. J'ai bien aimé le fait que la réponse à chaque bizarrerie ne soit en fait que le début d'une nouvelle énigme. Je sentais que je n'arrêterais jamais de découvrir de nouvelles choses. Un petit point m'a toutefois dérangé: l'auteur nous laisse beaucoup trop de temps et d'indices pour résoudre ses "énigmes". Cela faisait donc en sorte que j'avais le temps de deviner ce qui se tramait et de viser juste, la plupart du temps, avant même que l'historie ne m'ait été révélée. Dans l'ensemble, toutefois, l'intrigue était très bien menée et faisait prendre à l'histoire des tournants que l'on aurait pas pu soupçonner en la commençant.

Dans ce roman, j'ai surtout apprécié le personnage de la colocataire de Matthew, dont le nom m'échappe actuellement. En effet, elle est très rationnelle et elle a une bonne influence sur Matthew et sur sa fille. J'ai aussi bien aimé les personnages de Matthew et Emma, mais ils ont chacun des caractéristiques qui font en sorte que je ne les adore pas autant qu'il le faudrait. Pour Emma, il s'agit de sa fragilité psychologique alors que pour Matthew, c'est sa grande sensibilité (ce qui est tout à fait normal pour un professeur de philosophie). Les deux sont donc prêts à tout pour atteindre leur but, et ce aux dépens du bonheur de l'autre. Leurs personnages son très attachants, toutefois, puisqu'en connaissant les moindres de leurs pensées, on découvre la misère qu'ils ont enduré dans leur passé ou qu'ils traversent en ce moment même et on ne peut que s'attacher à eux dans ces circonstances. L'un et l'autre ont beaucoup évolué au cours du roman à la suite des épreuves qu'ils ont dû traverser. Cela ajoute à l'histoire de voir Emma, par exemple, réussir à aller au-delà de la personne qu'elle est pour atteindre les objectifs qu'elle s'est fixée, qui changent sans cesse.

J'ai aussi bien apprécié l'ambiance dépeinte par l'auteur. En effet, on était ici plongé dans un monde mystérieux qui nous est, pourtant, complètement familier. Tout au long du récit, ce ne sont que des questionnements qui nous occupent l'esprit, au fur et à mesure que des indices s'ajoutent à la liste. À la fin, lorsque l'on a découvert l'ensemble de l'intrigue et des motivations de tous les personnages, c'est plutôt de la peur qui nous prend à la gorge. On a peur de ce qui peut arriver à nos personnages en connaissant la folie qui habite certains autres. Le ton change radicalement et toutes les actions s'enchaînent très rapidement. L'auteur a très bien fait transparaître le danger qui guette à chaque instant par l'utilisation de phrase courte et de peu de descriptions. Il a adapté son écriture à la situation, et je trouve cela très bien réussi.

J'ai l'impression de vraiment écrire très flou, mais c'est nécessaire pour ne pas spoiler ceux d'entre vous qui n'auraient pas encore lu le roman. J'espère toutefois que mon opinion est claire pour ceux et celles qui l'ont déjà lu !  

Bref, il s'agit d'une très belle découverte pour moi, qui ne connaissait pas l'auteur et qui ne lit pas souvent de ce genre littéraire. Si vous ne vous êtes pas encore lancé dans un Musso, je vous conseille vivement de laisser de côté vos préjugés et de vous y mettre. Sans doute serez-vous aussi étonné que moi par le bon moment que vous aurez passé à le lire ! Je vous souhaite donc de très belles lectures à toutes et à tous ! N'hésitez pas à me dire ce que vous en avez pensé à vous aussi ou si vous comptez le lire dans un avenir prochain !



16 décembre 2015

Le Remède mortel par James Dashner



Auteur: James Dashner
Éditeur: Pocket Jeunesse
Collection: ----- 
Pages: 382
Parution: Juin 2014

Quatrième de couverture:

Le temps des mensonges est terminé.
Le WICKED a tout volé à Thomas: sa vie, sa mémoire et maintenant ses seuls amis. Mais l'épreuve touche à sa fin. Ne reste qu'un dernier test... Terrifiant.
Cependant, Thomas a retrouvé assez de souvenirs pour ne plus faire confiance à l'Organisation. Il a triomphé du labyrinthe. Il a survécu sur la terre brûlée. Il fera tout pour sauver ses amis, même si la vérité risque de provoquer la fin de tout.

Mon classement: Argent

Mon avis: 

Tout de suite après ma lecture du deuxième tome, j'ai commencé celui-ci, que j'avais acheté au même moment. Il commence donc avec Thomas, qui est enfermé dans une salle entièrement blanche au quartier général du WICKED. De nombreuses théories expliquant le monde dystopique dans lequel évolue les personnages avaient eu le temps de se former dans ma tête, mais jamais au grand jamais je n'aurais pu m'attendre à ce qui s'est passé dans ce dernier tome !

Dès l'ouverture du roman, j'ai trouvé les premières pages fades. Oui, il y avait de l'action et oui, il y avait aussi une intrigue derrière celle-ci mais il manquait quelque chose... Quelque chose qui ferait en sorte que j'adorerais ce troisième tome autant que j'ai apprécié les deux autres. J'ai fini par découvrir ce qu'il manquait: une ambiance. Comme expliqué dans mes deux précédents avis sur les livres de cette trilogie, l'auteur démontrait une très grande maîtrise pour faire ressentir l'ambiance de l'histoire à ses lecteurs. Dans le premier, une ambiance de mystère et de confusion nous englobait tout entier, de sorte que nous nous posions les mêmes questions que Thomas sur le monde qui l'entourait. Dans le deuxième tome, on ressent la chaleur suffocante de la Terre brûlée et on est sans cesse sur nos gardes, à l'affût de l'arrivée de fondus à tout moment. Or, ici, il n'y a rien. Peu importe les étapes que traversent Thomas, je n'ai pas vraiment ressentis l'ambiance des différents lieux, en particulier dans le monde extérieur. Seulement pour cet aspect, je trouvais déjà ce roman bien en deçà des deux premiers tomes.

Puis, il y a les personnages. Tout d'abord, Thomas demeure toujours aussi crédule et idiot. Je n'en reviens toujours pas à quel point il fonce à tête baissée et fait confiance à tout le monde trop rapidement, même s'il possède certaines informations lui permettant de douter de leurs motivations. On lui avait appris qu'il avait été choisis pour son intelligence, je crois plutôt qu'il l'a été pour sa crédulité !  Toutefois, on ne peut pas que penser du mal de lui... Il a certaines qualités qui font de lui un parfait personnage principal dans un monde dystopique, comme par exemple sa trop grande empathie pour les autres. Celle-ci, encore une fois, lui fera faire des choses stupides, mais complètement morales (je suis certaine que ma conscience m'aurait dicté de faire les même choses à sa place même malgré les conséquences probables).
Puis, il y  aussi les autres personnages. N'ayant jamais vraiment porté une très grande attention à Minho, je ne trouve pas qu'il s'est dépassé ici. Lui aussi prenait des décisions irréfléchies (encore plus que Thomas) que seule sa morale lui dictait de respecter. De plus, au lieu de raisonner Thomas, il l'appuie toujours à 100% quand il y a de la bagarre, ce que je trouve particulièrement déplaisant. Toutefois, il a toujours le mot pour remonter le moral de ses troupes, quelles qu'elles soient, ce qui en fait un bon leader naturel. Certaines de ses répliques sont particulièrement bien choisies et c'est seulement pour ça qu'il m'a plu à certain moment.
Puis, nous avons Theresa. Celle-là, j'avoue ne plus pouvoir la supporter depuis ce qu'elle a fait dans le deuxième tome. Elle est tout à fait irascible et ne fait absolument rien pour mériter l'aide d'une quelconque personne. Elle me tape royalement sur les nerfs et j'avoue que je me contrefichais de ce qui lui arrivait, peu importe le moment de l'histoire. Elle ne présentait plus aucun intérêt pour moi.
Ensuite, nous avons Newt. Le garçon le plus intelligent de la bande, celui qui calme les ardeurs de tous et qui est le plus proche de Thomas (à mon avis). C'est aussi celui qui connait le mieux Minho, puisqu'ils ont vécu assez longtemps ensemble dans le labyrinthe. Son histoire m'a profondément touchée ici, de même que sa force de caractère dans les moments difficiles.
Finalement, de Brenda, je ne peux dire qu'une chose: elle est fidèle à ses croyances et rien ne la détournera de sa tâche, quelle qu'elle soit. Elle a donc une très grande force de caractère que j'admire dans plusieurs situations.

Et maintenant, nous entrons dans le vif du sujet, celui qui a le plus fait parler les internautes depuis la sortie de ce livre: l'intrigue et la fin de la trilogie. C'est surtout ça qui m'a déçu du livre, en fait. On a pas de réponses. Pas du tout. Comme je le disais, je m'étais fait une tonne de scénarios tous plus réalistes les uns que les autres de la possible explication rationnelle de toute cette mascarade, mais aucun ne s'est révélé ni vrai, ni faux. Rien n'a été avancé et rien n'a été démenti. On ne sait pas ce que Janson avait derrière la tête tout au long du roman, on a aucune idée de qui sont les véritables dirigeants du WICKED, on ne comprend pas vraiment ce que sont les schémas... Je suis clairement restée sur ma faim. Et puis la fin de la trilogie... Comment peut-on en arriver à croire que la solution est si simple ? Non, la vrai question serait plutôt: Comment un auteur peut-il croire que ses lecteurs seront satisfaits par une telle fin ? Pour moi, cela s'apparent à un : "Et il se réveilla. Toute l'histoire n'était qu'un rêve." Je suis autant frustrée que si l'auteur avait écrit cela. Et puis, la fin a déboulé beaucoup trop rapidement. On a un 300 pages où très peu d'action est présente, puis on se retrouve tout à coup avec un 60 pages beaucoup trop intenses qui laissent croire que l'auteur avait hâte de terminer son histoire.

Bref, j'ai trouvé que les deux premiers romans de la trilogie sont particulièrement bons, mais que celui-ci a été écrit à la va-vite, en particulier la fin. Il ne satisfait clairement pas la lectrice que je suis au niveau de l'intrigue (surtout que la solution apparaît de nulle part à la fin) même si le concept du monde dans lequel Thomas évolue m'avait particulièrement intéressé. En fait, je crois que c'est ça le problème: le monde m'intéresse et on ne m'en révèle pas assez (en plus de le rejeter d'un revers de la main) pour me satisfaire. Cette fin aurait pu me plaire dans d'autres circonstances, mais ici, elle a été trop mal orchestrée pour réussir à me faire plaisir.

Je vous conseille tout de même de lire vous-mêmes ce livre, si ce n'est pas encore fait, pour au minimum vous faire votre propre idée sur la fin. J'ai vu quelques lecteurs qui avaient été satisfaits par cette fin et ce sera peut-être votre cas, qui sait ? N'hésitez pas à m'écrire en commentaire ce que vous avez pensé de ce livre ou si vous avez l'intention de le lire !

15 décembre 2015

Promise par Ally Condie



Auteur: Ally Condie
Éditeur: Gallimard Jeunesse
Collection: Pôle fiction fantastique
Pages: 437
Parution: 5 mai 2014


Quatrième de couverture: 

Dans la Société, les Officiels décident. Qui vous aimez. Où vous travaillez. Quand vous mourez. Le jour où Cassia apprend qu'elle est promise à son meilleur ami, tout semble parfait. Mais rien de l'empêchera pourtant de tomber amoureuse de Ky, un banni de la Société. Y aurait-il une faille dans le système ? 

Mon classement: Or

Mon avis: 

J'ai vu ce livre passer dans de nombreuses bibliothèques et sur énormément de blog avant d'enfin me décider à l'acheter. Bien évidemment, il me tentait énormément. Toutefois, je me suis rendue compte que les avis étaient mitigés: soit on adore, soit on déteste. Eh bien, pour ma part, j'ai trouvé le début plutôt moyen (soit les cent première pages environ) et la suite très bien faite !

La première chose que j'ai pensé en lisant la quatrième de couverture, c'est: on va nous expliquer comment une société communiste implose d'elle-même. Parce que c'est ça en réalité. Dans ce monde, tout est décidé par la Société, une entité qui ne semble avoir ni nom, ni visage défini, mais où les Officiels agissent comme des agents de la paix pour faire respecter les règles qui ont été préétablies par on ne sait qui. Le concept est toutefois poussé très loin: selon des statistiques préconçues, on décide même qui chacun doit marier, à quel travail il est destiné, combien d'enfants il a le droit d'avoir et quelle sera la journée de sa mort. On entre ainsi dans la vie de Cassia, une parfaite citoyenne de la Société, au moment où elle doit se faire révéler son Promis durant une grande cérémonie. Comme vous pouvez le voir, le monde dans lequel les personnages évolue est très bien ficelé. Il y a une logique derrière l'existence de chaque règle, de chaque institution et de chaque poste: atteindre la perfection en tant que société. Là encore, on ne peut que féliciter l'auteur d'avoir mis en oeuvre, dans un petit livre pour adolescent, une version trop réaliste de notre monde actuel. Je suis contente d'être capable de faire un lien entre l'univers du roman et nos sociétés actuelles. En effet, je considère que l'objectif final d'une dystopie doit être d'amorcer une réflexion chez le lecteur sur le monde dans lequel on vit actuellement. Il doit y avoir une leçon à retenir de l'horreur que vivent les personnages et cette trilogie, grâce à ce premier tome, est lancée sur la bonne voie pour réussir à atteindre cet objectif.

Comme mentionné dans mon introduction, j'ai trouvé le début plutôt moyen. En fait, ce ne sont pas les actions en elle-même que j'ai trouvé moins bonnes (c'était même de très bonnes idées). Au contraire, le problème ici était le manque de détails que l'auteur nous donnait sur la scène. On a absolument aucune idée des sentiments de Cassia durant la cérémonie (hormis sa nervosité apparente) et on n'arrive pas à se faire une image mentale de la salle et de l'ambiance qui y règne. Ce n'est qu'un exemple parmi tant d'autres, mais je trouve qu'en majorité, ce roman manquait de descriptions. Au début du roman, comme il ne se passe pas grand chose puisqu'on place alors le contexte dans lequel se déroule l'histoire, on se rend plus compte de cette absence de détails et c'est seulement à ce moment que c'est plus dérangeant. Au fil du récit, toutefois, on oublie le fait qu'il n'y a pas assez de descriptions pour se concentrer exclusivement sur les interactions entre les personnages, qui sont, elles, merveilleusement bien construites. Cette lacune demeure tout au long du récit et je trouvais quelque peu dommage de ne pas être en mesure de visualiser les endroits où progresse les personnages.

Abordons maintenant le coeur du récit: les personnages. Sans être un grand roman qui démontre un scénario extraordinaire, celui-ci réussit tout de même à être addictif. Comment ? Le secret réside seulement dans l'évolution psychologique des personnages. Dans plusieurs romans que j'ai lu auparavant, la partie la plus manquée par les auteurs étaient l'évolution psychologique de leurs personnages principaux, en particulier leur changement de camps dans les dystopies. Il ne faut pas se le cacher: c'est tout un défi de réussir à trouver des motivations assez fortes pour changer complètement les valeurs de quelqu'un. On peut affirmer sans conteste ici que l'auteur sait maîtriser la psychologie de ses personnages. Aucun n'a été laissé pour compte ici (du moins, pas les personnages principaux). Le plus gros du travail a été fait sur Cassia. J'ai adoré comment l'auteur a pris son temps pour emmêler chaque fil de sa toile, de façon à ce le dessin final s'impose de lui-même à notre esprit. Son évolution psychologique constitue le cœur même de l'histoire, le fil conducteur qui permet au lecteur de rester accroché. À chaque nouvelle péripétie, on se demande l'influence que cela aura sur sa façon d'envisager la vie. Et c'est tellement bien fait ! Au tout début, je trouvais Cassia assez insipide et inintéressante, mais je me doutais bien que c'était voulu et que cela changerait avec le temps. Ainsi, le seul personnage que j'appréciais particulièrement dans la première partie du roman, c'était son grand-père. Sans pouvoir m'expliquer pourquoi, l'évocation de ses souvenirs d'avant me donnait envie de le serrer dans mes bras, mais surtout d'avoir une discussion sérieuse avec lui. Je ne pouvais m'empêcher de l'adorer !

Et puis, naturellement, il y a le triangle amoureux. Pour moi, il est très difficile de faire un choix entre les deux. Au départ, je me disais que l'un serait mieux, puis d'autres événements ont fait pencher la balance vers l'autre et, au final, je ne suis plus du tout capable de choisir. Je n'imagine même pas la difficulté pour elle ! Que voulez-vous, les garçons intelligents m'attirent beaucoup et tous les deux ce sont révélés d'une incroyable intelligence ! Et comme je ne suis pas capable de les départager sur la base de leur physique, il ne me reste plus qu'à laisser le choix entre les mains de Cassia !

Pour finir, je vais vous parler du style d'écriture employé ici. À mon avis, et même s'il s'agit d'une traduction, je trouve le tout écrit de façon assez poétique. En effet, dans des moments de réflexion de Cassia, on peut voir que ses pensées sont structurées comme des poèmes: en plus d'utiliser des mots très imagés et à double sens, les phrases riment souvent entre elles. Ainsi, même la traductrice a tenté d'employer un vocabulaire qui respecte l'idée première de l'auteur. En fait, c'est très thématique comme choix: l'ensemble du roman porte en grande partie sur des poèmes. Du coup, j'ai bien apprécié l'idée.

Somme toute, même s'il ne s'agit pas d'un coup de coeur à proprement parler, j'ai passé un très bon moment et je n'hésiterai surtout pas à aller me procurer les prochains. Étant un roman très addictif, la trilogie peut donc être poursuivie durant mes études universitaires. Je mentionne que ce livre compte pour le Challenge Littérature de l'Imaginaire ! Sur ce, n'hésitez pas à me dire ce que vous en avez pensé vous aussi ou si vous comptez le lire prochainement !

1/12


13 décembre 2015

La Mémoire du lac par Joël Champetier


Auteur: Joël Champetier
Éditeur: Alire
Collection: ----- 
Pages: 274
Parution: 22 mars 2001
Il s'agit d'un livre québécois.

Quatrième de couverture:

Ville-Marie, petite ville sur les bords du lac Témiscamingue. Parmi la population, Daniel Verrier, que tous connaissent parce qu'il vient de perdre ses deux enfants en bas âge, morts par noyade.
Miné par le remords - il est en partie responsable de la mort de ses enfants-, délaissé par sa femme et aux prises avec de graves problèmes psychologiques, dont le moindre n'est pas une amnésie partielle, Verrier sombre lentement dans la folie.
Mais est-ce bien la folie ou s'agit-il... d'autre choses? Pourquoi le demeuré de la ville, Éric « la Poche » Massicotte, le poursuit-il sans relâche de son message sibyllin : Daniel, le lac attend? Et quel rapport y a-t-il entre ses malheurs et le charnier découvert dans les caves du manoir Bowman, où d'étranges rites amérindiens semblent avoir été utilisés?
Les réponses sont peut-être enfouies dans la mémoire déficiente de Verrier... ou au plus profond du lac Témiscamingue!

Classement: Argent

Mon avis: 

Ce livre est entré dans ma PAL bien involontairement il y a, à mes yeux, une éternité. En fait, j'ai participé, en Secondaire 4 (soit quand j'avais 15-16 ans, je dirais donc en 2011) à un concours d'écriture dans ma région et on m'a envoyé ce livre comme prix de participation. En lisant la quatrième de couverture, je n'avais alors pas été très emballée par l'histoire. En effet, ce roman ne semblait pas faire appartenir à mon genre préféré (soit la fantasy) et je ne voyais donc pas la pertinence de le lire en priorité à d'autres œuvres qui m'attendaient patiemment à la bibliothèque de l'école. Il a donc poireauté 5 ans chez moi sans que j'éprouve la moindre envie de m'y attaquer, tout en n'oubliant pas, toutefois, de le trimbaler avec moi dans mon nouveau logement. Ce n'est que durant le mois d'octobre 2015 que j'ai redécouvert son existence, au moment où je n'avais plus rien d'autre à lire (je venais tout juste de commander les 2 derniers tomes du Labyrinthe). Je me suis dit que cela constituerait un bel interlude dans mes lectures, étant alors motivée à lire tout ce qui me passait sous la main. Je l'ai donc commencé avec un peu d'appréhension... Je suis toutefois incapable de dire si cela a été une erreur. J'ai bien sûr aimé cette petite lecture très différente de mes habitudes, mais j'hésite à dire qu'il s'agissait d'un très bon roman au vu de certains points qui m'ont accrochée.

Tout d'abord, à la simple lecture de la quatrième de couverture, on en connait beaucoup trop sur l'ensemble du roman. En effet, on parle déjà d’événements qui se déroulent dans la deuxième partie de l'ouvrage et on donne des pistes de réflexion pour résoudre l'entièreté de l'intrigue. Personnellement, comme je n'y avais pas vraiment prêté attention avant de commencer à lire le livre, je n'ai donc pas pu ressentir les contrecoups de telles révélations au début de ma lecture, mais en relisant la quatrième au milieu du roman, je me suis fait dévoilé plusieurs péripéties que j'aurais préféré découvrir par moi-même. Je trouve donc que la maison d'édition n'a pas fait un bon choix en acceptant de mettre autant d'informations à l'arrière du livre, et j'ai cru remarquer qu'il s'agissait d'un problème récurrent chez celle-ci. À l'avenir, je suis prévenue: il ne faut pas lire les quatrièmes de couverture de l'éditeur québécois Alire.

Passons donc sur ce léger détail et concentrons-nous sur le cœur même du livre. J'ai tout d'abord voulu attribuer un genre à ce roman, afin d'être capable de le décrire, mais je me suis rendue compte que c'était impossible. En fait, j'ai réalisé qu'il changeait en fonction de la section de l'histoire dans laquelle je me trouvais: La partie intitulée "Sous la glace" relève plutôt du drame psychologique à la Shutter Island, alors que la section "Le manoir Bowman" serait plutôt policier/suspense et la dernière partie, soit "Les profondeurs du lac", relève presque de l'horreur. J'ai bien aimé comment l'auteur à amener la transition vers les différents genres. Il démontre ici une maîtrise parfaite de l'ambiance de son histoire puisqu'il réussit vraiment à faire ressentir les changements de ton au courant du récit.

Je dois aussi donner un autre crédit à l'auteur: il réussit à faire des descriptions extraordinaires de tout ce qui compose le récit. Cela signifie donc qu'en plus de bien visualiser les lieux et les personnages dans notre tête, on est aussi en mesure de ressentir l'ambiance dans laquelle ils sont plongés. L'ensemble de l'oeuvre est donc extrêmement bien dépeinte, ce qui apporte beaucoup à l'histoire. Je ne sais pas si vous serez d'accord avec moi mais, à mon avis, le fait que l'auteur soit capable de nous faire plonger tête la première dans son univers contribue grandement à l'appréciation de son oeuvre et à la capture de l'intérêt des lecteurs. Il ne reste alors qu'à créer une intrigue accrocheuse et addictive...

En gros, on se retrouve projeté dans la vie Daniel, qui a causé involontairement la mort de ses enfants, et dont sa femme l'a quitté très récemment afin de fuir les souvenirs de cette tragédie. La première partie de l'histoire se consacre donc à décrire le passé de Daniel, ainsi que les impacts que cela a dans sa vie actuelle. Dans cette partie de l'histoire, on se sentait vraiment dans un Shutter Island: on se demande sans cesse si ce qu'il voit est réel ou non, si le tout est le produit de son imagination. Pour couronner le tout, l'auteur a fait son récit à la première personne, de telle sorte que l'on est tout simplement dans la tête du personnage principal et que l'on a seulement connaissance de sa réalité à lui. Ensuite, on passe tranquillement à la deuxième partie du récit, où il refait sa vie et recommence à travailler et à avoir une vie sociale. Il y a alors une intrigue policière qui se place, après une certaine découverte par Daniel. C'est ici qu'entre en jeu les amérindiens et leur folklore, qui est brillamment amené par l'auteur. L'aspect "fantastique" du roman se met aussi en branle. Finalement, on aborde la dernière partie de l'intrigue. À ce moment, de nombreuses tragédies ont lieu, dont quelques meurtres qui toucheront de près ou de loin Daniel. On nous révèle aussi l'élément clé de l'histoire, mais l'auteur a mis tellement de temps avant de nous en parler plus concrètement qu'on a déjà deviné depuis longtemps de quoi il s'agit. L'intrigue m'a donc particulièrement plu, surtout son découpage en différentes parties (associées à différents genres littéraires) même si le dénouement final était beaucoup trop simple à deviner.

Ainsi, suite à la description exhaustive (sans trop l'être, je l'espère) de l'intrigue que je viens de vous faire, vous avez sans doute deviner que l'auteur s'est concentré en exclusivité sur le développement psychologique du personnage principal, soit Daniel. Comme il s'agissait d'un narrateur à la première personne, il était très facile de s'attacher au personnage dans la tête de qui l'on vit. L'auteur a aussi une certaine aisance à nous faire comprendre facilement les états d'âme et les réactions de son personnage à la perfection. En effet, il décrit largement le pourquoi du comment de ses pensées, de façon à ce qu'une personne n'ayant pas subi un accident puisse comprendre les bizarreries qu'il fait parfois. En y réfléchissant, on se rend compte que si l'histoire avait été raconté par l'un des amis de Daniel, nous n'aurions sans doute pas compris intuitivement ses agissements. Le seule point négatif que j'ai trouvé dans la personnalité de Daniel, c'est sa facilité déconcertante à accepter des éléments invraisemblables. Je me dis qu'il a eu un traumatisme crânien ou je ne sais quel autre problème suite à son accident et que cela pourrait être une conséquence logique de celle-ci, mais je n'arrive pas à comprendre sa crédulité. Il doute quelques secondes de la véracité des propos d'un personnage, puis il se fit entièrement à celui-ci comme si c'était dieu incarné. Pour moi, il s'agit d'un passe-droit qui sert seulement à faire progresser l'histoire plus rapidement et je considère que, si c'est le cas, cela a très mal été fait...
En ce qui a trait aux autres personnages, j'ai trouvé qu'ils leur manquaient un fond, comme si l'auteur s'était tellement attardé à peaufiner sa perle qu'il en aurait oublié les atours qui l'accompagne. Je n'ai donc pas réussi à m'attacher à l'un d'eux particulièrement.

Je vais maintenant abordé un aspect qui me déplaît particulièrement chez les oeuvres québécoises et qui explique sans doute pourquoi les autres lecteurs de la langue française de la planète sont moins attirés à lire ce qui provient du Québec. Tout d'abord, les personnages parlent en joual (ce qui signifie en fait que l'on écrit exactement les mots comme on les prononce, soit en les tronquant ou en en oubliant quelques-uns). Je n'ai aucun problème avec le fait que des auteurs puissent vouloir démontrer leur amour pour leur particularité dans l'utilisation de la langue dans leur pays. Toutefois, ils ne doivent pas s'attendre à ce que leurs œuvres puissent être publiées ailleurs que dans le pays où les habitants comprennent cette langue. Personnellement, cela ne me dérange pas de lire des dialogues écrits en québécois parce que je comprends bien les particularités du langage. Je ne comprends toutefois pas qu'est-ce qui peut amener un auteur à vouloir préférer cette façon de dialoguer plutôt que celle reconnue internationalement, soit qui utilise les mots inscrits dans un dictionnaire. Je ne ferai toutefois pas le procès de leurs choix ici, mais je trouve particulièrement déplaisant de constater que la plupart des œuvres québécoises sont écrites en joual et ne peuvent donc pas sortir du Canada (et même du Québec!). Deux autres clichés de romans québécois peuvent aussi être retrouvés dans ce roman: la présence d'Amérindiens dans l'histoire et le fait que celle-ci se déroule dans un petit village en région, où tout le monde connaît tout le monde. Je ne souligne pas que ce sont des aspects négatifs de ce roman, mais plutôt qu'ils reviennent beaucoup trop souvent dans notre littérature et qu'il s'agit donc d'un manque d'originalité (cela ne s'écarte pas vraiment de ce qui se fait habituellement dans le même genre).

Somme toute, c'était un bon roman malgré les petites anicroches énumérées précédemment. Il est rare de pouvoir lire un bon roman fantastique québécois et je félicite donc l'auteur de s'être lancé. 


8 décembre 2015

Challenge Littérature de l'Imaginaire - 4e édition

http://amarueltribulation.weebly.com/uploads/2/5/4/4/25445014/8760376.jpg?625

Bonjour à tous ! Ma première participation à un challenge est enfin arrivée ! J'ai longtemps hésité entre toutes les différentes possibilités qui s'offraient à moi en cette fin d'année (puisque toutes les inscriptions ont lieu actuellement sur Livraddict en vue de la nouvelle année qui approche), mais mon choix s'est définitivement arrêté sur le Challenge Littérature de l'Imaginaire ! Celui-ci a été organisé par Amarüel (dont vous pouvez retrouver le blog ici) et les inscriptions sont ouvertes jusqu'au 31 décembre 2015 sur le forum de Livraddict (ici pour les intéressés). Mais je m'égare...

En quoi consiste ce challenge ?

En fait, celui-ci s'étale sur une année, soit entre le 1er décembre 2015 et le 30 novembre 2016 (eh oui, il est déjà commencé !). Durant ce laps de temps, il faudra lire et chroniquer un certain nombre de romans de Science-fiction, Fantasy et/ou Fantastique en choisissant l'un des échelons proposés:

Échelon 1 : Atterrissage dans l’irréel - au moins 12 livres
Échelon 2 : Petit pas dans l'ailleurs - au moins 24 livres
Échelon 3 : Plongée dans l'inconnu - au moins 36 livres
Échelon 4 : Immersion dans le vide - au moins 48 livres
Échelon 5 : Absorption dans l'étrange - au moins 60 livres
Échelon 6 : Fusion dans l'utopique - au moins 72 livres
Echelon 7 : Je lis donc je chronique - au moins 100 livres

Comme il s'agit de mon premier challenge, j'ai décidé de limiter le nombre de livres que je m'imposais, de façon à ne pas me contraindre de lire seulement des romans faisant partie de l'un de ces genres littéraires. Ainsi, si je venais à dépasser les 12 livres (ou même 24 avec un peu de chance), je pourrai toujours choisir un autre échelon. Puis, pour pimenter un peu le tout, l'organisateur du challenge a décidé de créer des catégories, soit:

Catégorie A : Ange gardien de la Simplicité - Le challenge reste comme il était jusque-là, à savoir tous les supports sont acceptés et vous lisez tous les genres des lectures de l’imaginaire.

Catégorie B : Banshee de la Double page - Vous choisissez de ne lire que deux genres que vous signalerez lors de votre inscription (par exemple : Fantasy/SF ou SF/Fantastique ou Fantasy/Fantastique). Tous supports confondus.

Catégorie C : Cerbère des Mots - On bannit les BDs et les mangas, la place est réservée aux romans uniquement

Catégorie D : Dragon de la Multidisciplinarité - Vous devrez choisir un genre en début de challenge entre la Fantasy et la SF. Ils ont tous deux des sous-genres, dans cette catégorie vous devrez lire un livre par sous-genre. A vous de voir ce que vous lisez pour le reste de la catégorie.

J'ai donc décidé d'opter pour la catégorie C, considérant que les mangas et BD se lisent beaucoup trop rapidement pour être considérés dans un tel challenge. Je n'ai pas encore fixé mon choix sur les livres que je voulais lire, mais voici quelques suggestions de ma Wishlist dans laquelle je vais sans doute piger:



En espérant vous voir participer nombreux à ce challenge !

Avancée de mon challenge: 

1. Promise par Ally Condie 
2. Allégeance par Veronica Roth 
3. Le trône de fer, l'intégrale 3 par George R.R. Martin  
4. La 5e vague par Rick Yancey 
5. Endgame tome 2: La clé du ciel par James Frey 
6. Insoumise par Ally Condie 
7. Bilbo le Hobbit par J.R.R. Tolkien 
10. Légende par David Gemmell 
11. Legend par Marie Lu 
12. Vampire Academy tome 1: Soeurs de sang par Richelle Mead  
16. Kaïsha: L'enfant des trois mondes par Elisabeth Camirand 
17. La Sélection tome 1 par Kiera Cass
18. La Sélection tome 2: L'Élite par Kiera Cass 
21. Arena 13 par Joseph Delaney 
23. Légendes du Monde Émergé tome 3: Les derniers héros par Licia Troisi 
25. Half Bad tome 1: Traque blanche par Sally Green
26. L'Élite tome 1 par Joelle Charbonneau 
27. Animale tome 1: La malédiction de boucle d'or par Victor Dixen 
28. L'âge du feu tome 1 : Dragon par E.E. Knight 
29. Tobie Lolness tome 1 : La vie suspendue par Timothée de Fombelle
30. Sang de pirate tome 1: Vengeances par Elisabeth Tremblay
31. Le voleur de coeur par Rawia Arroum 


1 décembre 2015

Bilan des mois d'octobre et de novembre 2015

Bonjour à tous ! On se retrouve aujourd'hui pour faire mon tout premier bilan lecture, dans lequel je vais regrouper les mois d'octobre et de novembre ! Je considère la quantité de livres lus assez impressionnante puisque je suis actuellement dans des études universitaires qui me demandent énormément de temps. Je compare ainsi mes lectures actuelles avec celles de ce printemps (où j'ai lu un ou deux livres maximum en deux mois) et je vois une nette amélioration ! Durant les mois d'octobre et de novembre, j'ai donc lu:


Ça a donc été 6 bons livres pour moi, avec une préférence pour Fangirl et L'épreuve tome 1 et 2 ! J'ai toutefois beaucoup moins apprécié le tome 3 de cette trilogie, qui nous offre ici une fin trop simpliste pour la complexité de l'intrigue. Je vous écrirai mon avis complet sous peu, soit dès que j'aurai enfin un peu de répit, mais sachez que même l'ambiance qui régnait durant tout le roman m'a semblé fade en comparaison de ce qui avait été fait dans les deux premiers romans.

Ma belle découverte du mois, à laquelle je ne m'attendais absolument pas, a été La Mémoire du lac. Encore une fois, je n'ai toujours pas eu le temps de faire une chronique sur cette lecture, mais mes attentes vis-à-vis celle-ci ont été dépassées ! Il y a toutefois quelques petits points qui m'ont un peu plus énervé, mais je vous expliquerai tout cela en détails plus tard !

Mes lectures chroniquées:

Je suis donc actuellement en train de lire :

C'est la toute première fois que je lisais un roman de ce genre (Musso, Lévy, etc.) dont mes amies raffolent, et je dois dire que je suis étonnamment impressionnée par la qualité de l'histoire et la richesse des personnages jusqu'à maintenant ! Ce roman raconte l'histoire de Matthew, qui vient tout juste de perdre sa femme dans un tragique accident, et qui doit donc s'occuper seul de sa fille de 4 ans et ainsi que l'histoire d'Emma, une jeune sommelière de New York. Ils font connaissance en ligne et, désireux que leur relation ne se limite pas à cela, décide d'organiser une rencontre dans un restaurant. Les deux seront présents au rendez-vous à l'heure dite, mais ils ne se croiseront pas. Coïncidence ? Manque de chance ? Ou y a-t-il autre chose ? À vous de le découvrir !

Sur ce, je m'en vais de suite reprendre la lecture de ce merveilleux roman ! Je vous souhaite donc de très belles lectures à tous !

23 novembre 2015

Le vieux qui ne voulait pas fêter son anniversaire par Jonas Jonasson



Auteur: Jonas Jonasson
Éditeur: Pocket
Collection: Pocket
Pages: 512
Parution: 1er mars 2012

Quatrième de couverture: 

Franchement, qui a envie de fêter son centième anniversaire dans une maison de retraire en compagnie de vieux séniles, de l'adjoint au maire et de la presse locale ? 
Allan Karlsson, chaussé de ses plus belles charentaises, a donc décidé de prendre la tangente. Et, une chose en entraînant une autre, notre fringant centenaire se retrouve à trimballer une valise contenant 50 millions de couronnes dérobée - presque par inadvertance - à un membre de gang. S'engage une cavale arthritique qui le conduira à un vieux kleptomane, un vendeur de saucisses surdiplômé et une éléphante prénommée Sonja...

Classement: Argent

Mon avis: 

J'ai eu beaucoup de difficulté à mettre mes idées en ordre à la suite de cette lecture. En effet, on découvre ici un roman qui s'écarte grandement de ce que je lis habituellement, de telle sorte que je ne savais pas du tout de quel côté le prendre. De surcroît, mon avis est très mitigé et je ne savais donc pas comment le verbaliser. Ce temps de doute et d'incertitude étant maintenant révolu, c'est donc tête première que je me plonge dans la rédaction de mon opinion.

J'ai acheté ce livre sous la recommandation de mon libraire préféré, ainsi que celle de l'un de mes oncles. Je lui avais explicitement spécifié que je désirais lire quelque chose de nouveau et qui serait humoristique. De ce point de vue, on peut dire qu'il a parfaitement rempli les conditions que je lui avait posé ! Ainsi, ayant eu deux bons avis sur cette lecture, qui semblait même être des coups de cœur pour eux, j'étais très emballée à l'idée de le commencer. D'autant plus qu'à ce moment de ma vie, j'avais vraiment besoin de décrocher de ma vie et de me plonger dans un autre univers que le mien. C'est ainsi que j'ai commencé la lecture de ce roman le soir même, pour ne la finir que deux mois plus tard !

Et alors là, je ne savais qu'en penser... Premièrement, un livre n'est jamais sensé prendre autant de temps à être lu, surtout que ce n'est absolument pas par manque de temps qu'il s'est éternisé. Je ne sais pas comment le prendre... On dirait que l'histoire m'intéressait, mais pas assez pour qu'elle soit addictive. En fait, j'ai réalisé que ce n'était que la moitié de l'histoire qui m'intéressait: en effet, le livre est séparé en deux histoires distinctes, qui sont poursuivies à tour de rôle au fil des chapitres. Dans la première, on découvre Allan le jour de son centième anniversaire, qui décide de ne pas se présenter à la fête organisée en son honneur et de se sauver de sa maison de retraite. Il survient alors toute sorte d'évènements, plus rocambolesques les uns que les autres ! C'est aussi dans cette partie du roman que l'intrigue principale se déroule. La deuxième histoire porte plutôt sur la vie entière d'Allan, de sa naissance à son centième anniversaire. Dans celle-ci, on découvre petit à petit l'homme qu'il est et on comprend de mieux en mieux, au fil du récit, pourquoi il a éprouvé le besoin de se sauver au premier chapitre. Je ne peux pas dire que ce concepts de double histoire sur différentes parties de la vie d'un même personnage ne m'intéresse pas. Au contraire, j'ai même trouvé cela plutôt original et cela allait très bien avec le fond même du roman. C'est plutôt le contenu de ces deux histoires qui les différencie et qui me fait en aimer une plus que l'autre.

Dans la première histoire, Allan prend des initiatives qui mènent à des résultats surprenant et qui nous fait rencontrer plein de personnages. On réussit très bien à suivre le déroulement de l'intrigue, de même que les différents lieux qui sont parcourus par le groupe. Une enquête policière est mêlée à tout ça, de même que des "méchants" membres de gang et quelques meurtres. En bref, tous les éléments sont présents pour former une belle aventure policière, certes stupide et déjantée, mais tout de même ! Dans la deuxième histoire, toutefois, l'histoire de la vie complète d'Allan se révèle un vrai périple. Déjà là, cette partie se rattache plus au récit historique et de voyage qu'à celui policier. Au début, je me suis dit que le mélange de genres pouvait être intéressant à suivre ! Sauf qu'en lisant l'histoire, je n'ai pas vraiment apprécié. D'abord, l'auteur nous fait parcourir des kilomètres partout autour du monde, sans qu'il y ait d'autres raisons pour le personnage principal de voyager que de bien manger et de boire de l'alcool partout où il va. Durant ce périple, qui n'a, je le rappelle, aucune motivation propre, Allan se retrouve mêler à tous les évènements importants survenus au cours du 20e siècle, soit (en grande partie) la 1ere et la 2e guerre mondiale, en rencontrant tous les protagonistes qui y ont joué un rôle important. Ce tour d'horizon de l'histoire mondiale des années 1900 à 2000 m'a fait redécouvrir des évènements dont j'ai eu connaissance à l'école, mais vu sous un autre jour. Toutefois, on passait très rapidement partout et j'ai vraiment réalisé qu'il me manquait beaucoup de connaissances en histoire pour pouvoir apprécier cet aspect. En effet, je ne connaissais pas la moitié des protagonistes importants et l'auteur ne s'attardait aucunement sur leur présentation. C'est donc un aspect qui m'a un peu déplu, au vu de ma propre situation par rapport à l'histoire, mais qui pourrait plaire à d'autres lecteurs.

Passons maintenant au style de l'auteur. En fait, c'est ici que tout le charme du livre s'opère: l'auteur maîtrise merveilleusement bien l'art de l'ironie et de l'humour noir et il ne se gêne pas pour s'en servir ! Cela permet ainsi de donner vie à un livre tout à fait original puisque, sans écrire une seule blague de tout le roman, il réussit à nous faire rire. Que ce soit par les raisonnements "trop évidents" d'Allan ou par la façon d'amener la situation à devenir tout à fait absurde, l'ensemble est entièrement ficelé dans le but de faire sourire ou même rire son lecteur. Pour moi, ça a été une réussite ! C'est particulièrement cette maîtrise parfaite de l'auteur de son vocabulaire et de la situation qui m'a fait apprécié ce livre, et qui m'a aussi fait réalisé que je suis maintenant assez âgée pour lire de la littérature adulte (oui, ça m'a fait prendre un coup de vieux !) De nouvelles découvertes seront sans doute à suivre dans cette voie, au vu de mon appréciation de celle-ci.

Pour finir, abordons plus en détail les personnages. Afin de ne pas vous spoiler le récit, mon analyse demeurera en surface. Tout d'abord, nous avons Allan, le personnage principal. Même s'il a 100 ans, c'est un personnage haut en couleurs, qui nous étonne souvent par son imprévisibilité. En effet, il ne pense que très rarement avant d'agir et n'a que peu de valeurs auxquelles il tient vraiment, par exemple la volonté de ne pas s'impliquer politiquement dans aucun des grands conflits de la planète. Il est aussi très cru dans ses paroles (ce qui est souvent le cas avec les personnes qui ne réfléchissent pas avant d'agir) et subit souvent les conséquences de sa langue trop pendue (surtout sous l'influence de l'alcool). Puis, nous avons Julius, Benny, Mabelle et Sonja qui font partie du groupe, puis l'inspecteur de police et les membres du gang de rue. Mon personnage préféré s'est révélé être Mabelle (ce n'est pas son prénom, mais Benny l'appelle comme ça parce qu'il la trouve belle) puisqu'elle est celle qui a le plus la tête sur les épaules et qu'elle est propriétaire d'un éléphant ! Les autres ont tous aussi une histoire rocambolesque derrière eux, mais c'est vraiment celle que j'ai le plus apprécié.

En conclusion, même si le récit en tant que tel ne m'a plu qu'en partie, j'ai été totalement époustouflée par les talents d'écrivain de l'auteur ! Cela ne permet pas de rendre le récit addictif (ce qui explique pourquoi j'ai pris deux mois pour le terminer), mais il s'agit d'une belle découverte qui demeure plaisante à lire.


13 novembre 2015

TAG #1 : Tu préfères... ?

Bonjour à tous ! Cette semaine, j'ai décidé de vous faire un petit TAG qui se nomme "Tu préfères...?" (nom traduit approximativement de l'anglais, de ce que j'ai pu comprendre) ! Je l'ai trouvé sur la chaîne de Margaud liseuse, dont le lien est affiché ici, si ça vous intéresse ! Je l'ai trouvé bien sympathique alors j'ai décidé de me prêter au jeu moi aussi !

Tu préfères...

 
1) Lire des trilogies ou des "one shots" ?

Pour l'instant, mes dernières lectures que j'ai réellement appréciées ont été des trilogies (Hunger Games, Divergence). De plus, j'aime bien le fait qu'il y ait une fin au bout de 3 tomes (donc qu'on soit plus longtemps en compagnie des personnages et dans l'univers que dans un one shot) sans pour autant exagéré. Par exemple, j'ai lu de nombreuses séries qui avaient 12 romans et, au bout d'un moment, certaines commençaient à s'étendre pour aucunes raisons. Il faut donc savoir doser et les trilogies sont le meilleur des deux mondes selon moi !

2) Lire des auteurs féminins ou des auteurs masculins ?
 
Alors là, je ne fais vraiment pas de discrimination entre les deux ! Sans rire, j'aime bien les deux styles d'écriture. Les femmes sont plus portés à aller profondément dans les émotions, bien plus que les hommes (que les émotions soient plutôt romantiques ou que leurs personnages agissent de façon tout à fait macabre). Les auteurs masculins, quant à eux, sont capables de faire perdurer l'action sans que l'on s'essouffle. De plus, les descriptions sont de la scène d'action en tant que telle sont souvent plus précises que celles des auteurs féminins. Bien sûr, je fais de la généralisation et il ne faut pas croire que cela s'applique à TOUS les auteurs. Ainsi, je dirais que je préfère les auteurs féminins dans les scènes très émotives et les auteurs masculins dans les romans où il y a beaucoup d'affrontements.

3) Acheter tes livres en librairie ou sur Internet ?

Je n'ai jamais acheté de livres sur Internet, alors je présume que la réponse sera en librairie ! De toute façon, j'adore les conseils qu'on nous apporte en librairie et je me fie souvent à eux pour choisir mes prochaines lectures.

4) Que les livres deviennes des films ou des séries ?
 
Selon moi, il y a des livres qui sont plutôt fait pour devenir des séries alors que d'autres sont faits pour devenir des films. Il faut aussi considérer que plusieurs livres ne devraient tout bonnement pas être portés à l'écran parce qu'ils ne sont clairement pas fait pour ça. Ainsi, les Game of Thrones sont particulièrement adaptés pour devenir une série, et ce même si la saison 5 et (prochainement) la saison 6 divergent du scénario original. Je me dis qu'au moins, ils auront suivi les livres jusqu'à la saison 5, et c'est un plus pour moi. Toutefois, les livres tel que Hunger Games, Divergence, Harry Potter ou Le Labyrinthe (pour ce que je connais de l'histoire jusqu'à maintenant) ne sont pas des séries qui pourraient être bien en série. En effet, le cadre de l'histoire est beaucoup trop serré pour ça et, chaque fois, une extrapolation trop importante pourrait vraiment nuire à l'intrigue. Je n'arrive toutefois pas à me décider à savoir si j'ai préféré les séries tel Game of Thrones ou les films... Je crois que je dirais les séries parce que c'est moins frustrant lorsque le producteur décide de s'écarter du scénario de base.

5) Lire 5 pages par jour ou 5 livres par semaine ?

Clairement 5 livres par semaine !
Si je n'irais pas à l'école... Et que je n'aurais pas de vie sociale.... Et que je ne me tannerais pas de lire... Et que je n'aurais pas besoin de voir la lumière du soleil ou de bouger... Ouais, ce serait possible (et merveilleux !) dans ces cas-là !

6) Devenir chroniqueur ou écrivain ?

Écrivain ! J'écris depuis que je suis toute petite et j'adore tout ce qui a trait à l'écriture. On peut dire que, pour moi, il s'agit d'une passion aussi forte que la lecture. Malheureusement, je n'ai pas beaucoup le loisir de l'exercer, alors je me contente de vous écrire de belles chroniques à toutes les semaines ! Je devrais toutefois essayer de consacrer plus de temps à l'exercice de cette passion qui me tient beaucoup à cœur. En ce moment (cette années on va dire), je viens tout juste de commencer un roman et le scénario me tente beaucoup. Je vais peut-être, un jour, vous publier le résumé, qui sait !

7) Ne lire que tes 20 livres préférés tout le temps ou ne lire que des nouveaux livres ?

Personnellement, je suis le genre de personnes à lire et relire les mêmes romans à de nombreuses occasions. Prenez les Chevaliers d'Émeraude, par exemple. J'ai bien dû les lire 5 fois chacun (cette série compte 12 livres). Sans compter les Harry Potter... Toutefois, cela fait très longtemps que je n'ai pas relu un livre et, actuellement, je suis plutôt dans le feeling de découvrir de nouvelles histoires. Je pencherais donc pour cette option.

8) Être bibliothécaire ou libraire ?

C'est une question difficile. En fait, les deux me tentent beaucoup. D'abord, être bibliothécaire a son charme: tu peux conseiller des livres, mais en plus tu dois toujours faire du classement (et j'adore particulièrement faire du rangement de ce type). Toutefois, les livres qui sont prêtés vont revenir à un moment donné et, s'ils étaient abîmés, cela me mettrait dans une colère noire ! De plus, je n'aimerais pas vraiment faire la discipline pour que ce soit silence. De l'autre côté, être libraire, c'est une partie de plaisir à tous les jours: tu peux conseiller des livres (que ce soit pour une lecture personnelle ou pour offrir en cadeau), faire du placement de produits de ceux que tu as préféré et découvrir les nouveautés exactement quand elles sortent (et les acheter, ce qui serait un peu moins bon pour mon portefeuille). Au vu des deux descriptions, je crois que je préfèrerais être libraire !

9) Ne lire que ton genre préféré ou lire tous les genres sauf ton préféré ?

Cette question est celle qui me donne le plus de fil à retordre. Je crois que je préfèrerais lire mon genre préféré pour toujours, tout en espérant que celui-ci change avec le temps afin d'avoir accès à un nouveau genre ! Sérieusement, il est certain que je me lasserais de lire toujours le même type d'histoire, sauf que j'ai remarqué que les genres contiennent une très large palette de choix. Ce serait donc très long avant que je me tanne de lire de la fantasy puisqu'il y a tellement de possibilités que je présume que je ne me lasserais pas rapidement.

10) Livres papier ou ebooks ?

Est-ce qu'il existe vraiment une meilleure odeur que celle d'un livre la première fois qu'on l'ouvre ? Ou alors une meilleure sensation que celle de parcourir lentement les pages du début avant de commencer une histoire ? Ou alors un sentiment meilleur que celui de tourner les pages au fil de sa lecture ? Personnellement, je suis incapable d'imaginer lire sans ces aspects. Je ne lis donc que sur papier.

Vous êtes libres de reprendre ce TAG si vous le désirez, mais n'oubliez pas d'indiquer d'où il provient ! Sur ce, on se retrouve prochainement pour un nouvel article !

La Terre brûlée par James Dashner



Auteur: James Dashner
Éditeur: Pocket Jeunesse
Collection: ----- 
Pages: 414
Parution: Août 2013
Quatrième de couverture:
Et si la vie était pire hors du labyrinthe ?
Thomas en était sûr, la sortie du labyrinthe marquerait la fin de l'épreuve. Mais, à l'extérieur, il découvre un monde ravagé. La terre est dépeuplée, brûlée par un climat ardent. Plus de gouvernement, plus d'ordre... Et des hordes de gens infectés, en proie à une folie meurtrière, errent dans les villes en ruines.
Au lieu de la liberté espérée, Thomas se trouve confronté à un nouveau défi démoniaque. Au cœur de cette terre brûlée, parviendra-t-il à trouver la paix... et un peu d'amour ?  
Classement : Or
Mon avis:  
À la suite de ma lecture du premier tome, je me suis empressée d'aller me procurer les tomes 2 et 3 de la série, certaine, considérant mon expérience passée, que j'allais les dévorer en très peu de temps. Sur cet aspect, je ne me suis pas trompée: j'ai dévoré le deuxième tome en l'espace d'une semaine, ce qui est un exploit avec mon horaire chargé. En effet, toutes mes périodes libres étaient consacrées à la lecture de ce roman et, même assise en classe, je ne pouvais cesser de me demander ce qui allait arriver par la suite ! On peut donc sans conteste qualifier cette trilogie (enfin, j'espère que le 3e suivra la tendance) d'addictive !
Tout d'abord, l'auteur réussit bien à nous faire entrer dans l'univers de la terre brûlée. On sent très bien la chaleur suffocante, le vent incessant qui s'acharne sur le groupe ainsi que la puissance du soleil qui les grille sur place. La peur est aussi bien dépeinte dans l'ensemble du livre aux moments appropriés, ce qui permet au lecteur de ressentir personnellement les émotions des personnages. Le rythme de l'histoire, quant à lui, est soutenu. L'auteur ne nous laisse pas faire de longues pauses entre les évènements: les catastrophes s'enchaînent les unes après les autres, même au tout début lorsque les personnages sont dans un "refuge". Le tout s'emboîte facilement et on sent la ligne directrice qui veut nous mener quelque part, mais on ignore encore où, ce que j'apprécie particulièrement. Même Thomas et les autres, qui nous font parfois part de leurs réflexions, ne réussissent pas à tirer des conclusions probantes en fonction de la situation. Ils aident à alimenter nos propres réflexions, soit en les validant ou en nous induisant en erreur. L'ensemble de cet aspect de l'histoire est très bien mené par l'auteur et je crois vraiment que c'est ce qui fait la force de cette série: l'incompréhension.
En ce qui concerne les différents personnages, je trouve qu'ils ont pas mal progressé depuis l'entrée de Thomas dans le labyrinthe. Par exemple, on sent Minho plus sûr de lui et courageux que dans le premier tome, ce qui lui va très bien au vu de sa personnalité. Thomas, quant à lui, démontre toujours une aussi grande intelligence qui m'impressionne à chaque fois, mais qu'est-ce qu'il peut être idiot par moment ! Le pire pour lui est, je crois, de réussir à comprendre ce qu'il ressent. En même temps, je peux le comprendre un peu... ou pas ! Je ne comprends pas comment il est capable de maîtriser toutes ses émotions dans pratiquement toutes les circonstances (par exemple la peur), mais qu'aussitôt qu'on parle d'affection (amitié ou plus), il soit incapable de réfléchir subjectivement. J'ai eu envie de lui donner une bonne claque en arrière de la tête à de nombreuses occasions. Non mais ! C'est quoi l'idée de se jeter dans la gueule du loup aussitôt que quelqu'un est en danger ou lorsqu'il reconnaît quelqu'un ? Finalement, je me dois de parler de Teresa. Alors que je l'appréciais bien dans le 1er tome, je ne sais maintenant plus vraiment quoi en penser. Il y a de ces moments où on la déteste de faire ce qu'elle fait (malgré qu'elle ait des motivations tout à fait justifiable, il faut l'admettre) et, dans d'autres... non, en fait, je l'ai détesté tout au long du tome, même dans les cinquante dernières pages ! Bref, je ne peux pas vous en dire plus afin de ne pas spoiler ceux et celles qui ne l'ont pas lu ! J'oubliais, il y a aussi eu l'intégration de nouveaux personnages dans ce roman ! J'ai trouvé qu'ils avaient tous une personnalité très développée qui les rendait réel et beaucoup plus attachant que d'autres personnages plus principal (ex: Teresa). Je ne peux malheureusement, encore une fois, pas vous en dire plus.
L'intrigue était ici bien mise en place. Comme évoqué précédemment, c'est plutôt l'ignorance et l'incompréhension qui pousse le lecteur à poursuivre sa lecture, en plus de la curiosité de savoir ce qui va arriver aux blocards. L'intrigue n'est pas, selon moi, très terre à terre : elle est plus détachée que cela. En effet, ce n'est pas tant de savoir ce qui va survenir sur leur chemin qui est important, mais plutôt la découverte d'informations supplémentaires sur le monde qui les entoure et sur le WICKED. Parce qu'on sent bien que c'est là qu'on veut nous amener à petits pas: la découverte de la vérité. Je me suis retenue, aujourd'hui, de commencer le 3e tome parce que je sais bien que l'ajout d'un nouvel élément au tableau donne un éclairage neuf à l'ensemble de l'œuvre. Ainsi, apprendre un seul nouvel élément aurait pu faussé ma critique du deuxième tome, et c'est en y réfléchissant de cette façon qu'on se rend compte à quel point l'intrigue repose là-dessus.
Pour terminer, j'ai bien aimé le style "course à obstacles" de l'œuvre ! Sans rire, on peut vraiment le qualifier ainsi: on sait qu'ils vont finir par se rendre au bout à temps (sinon, quel serait l'intérêt de l'existence d'un 3e tome ?), mais on ne sait pas ce qui va leur tomber dessus durant le trajet. Pour moi, les obstacles étaient à la hauteur de mes espérances, quoique je ne comprends toujours pas pourquoi les fondus sont restreints à la ville... Mon épreuve préférée ne reposait pas sur quelque chose de physique, mais plutôt de psychologique. En effet, celle-ci a permis au personnage ayant subi l'épreuve de fait évoluer plus rapidement l'un des aspects de sa personnalité, ce qui lui est grandement bénéfique maintenant. J'ai bien hâte de voir comment l'auteur exploitera cette évolution dans le prochain tome !
Bref, ce roman était vraiment très addictif et démontrait une très bonne progression des personnages. Le mystère flotte encore au-dessus de leurs têtes et je ne peux m'empêcher de vouloir découvrir la suite très bientôt ! Si vous avez une panne de lecture, je vous conseille vivement cette série puisqu'elle est très prenante et essoufflante et qu'on ne peut pas reposer les livres la composant avant de les avoir terminé !  


10 novembre 2015

Chronique #1: Un élément à la fois !

Bon mardi à tous !
 
J'ai récemment décidé d'augmenter mon activité sur le blog. Ainsi, à toutes les deux semaines, je vous ferai une chronique "Un élément à la fois !" que je vous publierai les mardis. Mais qu'est-ce que c'est ? En fait, j'ai décidé de vous présenter un élément qui me compose ou me tient à coeur dans ma vie de tous les jours afin de me présenter. Vous pourrez ainsi découvrir mes différentes passions, mais aussi des éléments de mon passé qui vous rejoindront sans doute ! Cette semaine, j'ai décidé de démarrer en grand avec la présentation d'un univers qui a bercé mon enfance et mon adolescence, comme celles de beaucoup d'entre vous, je l'espère ! Et il s'agit de.... 


Harry Potter ! Lorsque le premier tome de la saga est sortie (soit en 1997), j'avais tout juste 2 ans ! Je n'ai donc pas, contrairement a beaucoup d'internautes, découvert Harry Potter par la lecture en tout premier lieu, mais plutôt grâce au cinéma ! Le premier film a donc été une révélation pour moi ! Je m'émerveillais devant ce monde duquel je ne connaissais rien et qui m'impressionnait tant ! Il faut dire qu'à 6 ans, l'entièreté du film était pour me plaire. L'année suivante, le deuxième film est sorti dans nos salles de cinéma et c'est avec enthousiasme que je suis, encore une fois, allée le voir au cinéma avec mon petit frère de 4 ans mon cadet. Ce n'est que plus tard dans l'année que j'ai appris que les films étaient en fait des adaptations cinématographiques de livres. Et là, laissez-moi vous dire que ça a été une révélation: Je me suis littéralement jetée sur les tomes. J'ai réussis à lire les 3 premiers tomes avant que le 3e film ne sorte en salle (en fait, j'ai terminé le 3e roman l'après-midi avant d'aller le visionner), puis j'ai poursuivi ma lecture jusqu'à ce qu'il n'y ait plus de tome de disponible (je crois que j'ai pu lire jusqu'au 5e tome avant de devoir m'arrêter). J'ai ainsi reçu les 6e et 7e tome en cadeau aussitôt qu'ils ont été disponibles en librairie, tout en continuant à aller voir les films au cinéma au fur et à mesure qu'ils sortaient.
 
En complément de la lecture et du visionnement, j'avais aussi reçu, peut-être vers les 7 ans, le jeu PC de Harry Potter à l'école des sorciers:
 
 
Dans ce jeu, qui avait une excellente qualité graphique pour l'époque, il était possible de se promener librement dans le château, d'assister à des cours, d'affronter des "boss" (comme par exemple le troll ou Drago Malfoy), mais surtout de jouer au Quidditch en temps réel ! Ce jeu m'en a fait voir de toutes les couleurs étant jeune. J'avais alors une peur bleue de me faire attraper par Rusard ou d'affronter Vous-Savez-Qui, de telle sorte que j'étais incapable de le terminer. Ce n'est que plus tard, en voulant le réessayer, que j'ai finalement réussi à vaincre Quirrell et Lord Voldemort.
 
Si je devais choisir quel a été le livre et le film que j'ai préféré dans toute la saga, je crois bien que ma réponse serait la même: Harry Potter et le Prince de Sang-Mêlé. C'est bien vrai que le premier film est celui qui m'a fait découvrir la saga et, en conséquence, c'est celui que j'ai trouvé le plus magique, mais il n'équivaut pas à l'atmosphère du 6e volet. Dans celui-ci, Harry, Ron et Hermione sont beaucoup plus matures que dans tous les autres. C'est dans ce roman/film que l'on découvre l'existence de Horcruxes ainsi que des bribes du passé de Voldemort. De plus, on y retrouve plusieurs séquences amusantes, dont la petite copine de Ron, son entrée dans l'équipe de Quidditch ainsi que tous les évènements impliquant le professeur Slughorn. C'est aussi dans ce film que les trames sonores sont les plus belles, suivies de près par celles du 8e film.

Même si le dernier film est sorti en 2011, ma passion pour cette série demeure encore et continue de s'exprimer de diverses façons. Bien sûr, vous pouvez d'abord considérer que j'ai lu et visionné la saga a de très nombreuses occasions et que je continue de le faire (Ah, les beaux marathons Harry Potter !) Ce n'est toutefois pas le seul moyen que j'ai trouvé pour continuer à vivre et rêver dans cet univers. Il y a, entre autres, la lecture de fanfiction qui m'a accroché en premier lieu. Toutefois, même si j'aimais bien retrouvé les différents personnages au travers de ces histoires fictives, les changements apportés par les auteurs ainsi que la différence dans le style d'écriture de chacun sont des éléments qui m'ont rapidement fait décrocher.

Puis, je suis tombée sur le site de Poudlard.org (http://maisons.poudlard.org/index.php), qui m'a immédiatement charmé. En plus de pouvoir discuté avec la communauté, tout un système a été élaboré afin d'attribuer une maison à chaque utilisateur (selon un questionnaire rempli dès l'inscription). Jusque là, rien de nouveau me direz-vous. Toutefois, ce site innove en offrant la possibilité de suivre des cours de magie dans toute sorte de discipline, incluant un questionnaire à remplir à la fin de chacun d'eux si vous voulez récolter des points pour votre maison (en plus du système de devoirs, que vous avez la liberté de faire ou non, et qui seront véritablement corrigés par un correcteur du site). De même, lorsque vous aurez réussi à récolter un certain nombre de points, vous serez en mesure changer d'année, libérant ainsi l'accès à du nouveau contenu.  Je suis littéralement tombée en amour avec ce petit trésor et je vous conseille vivement de l'essayer si ce n'est pas déjà fait !

Un autre site, un peu plus connu toutefois, qui a été chapeauté par J.K. Rowling elle-même est Pottermore (https://www.pottermore.com/). Sur celui-ci, il y a du contenu exclusif concernant chacun des chapitres de tous les romans de la saga. Il est ainsi possible d'explorer en temps réel des "scènes" liées aux différents chapitres afin de récolter des objets utiles pour la récolte de points. Car oui, j'ai oublié de le mentionner, le système nous attribue ici aussi une maison selon un questionnaire rempli à l'inscription. Il y a aussi une possibilité de jouer à de petits jeux en lien avec l'univers de Harry Potter (club de duel, concoction de potions, etc.) et de discuter avec d'autres membres du site sur un forum, évidemment. Vous l'aurez compris, l'intérêt de ce site repose presque exclusivement sur le contenu inédit qu'il contient, qui vaut particulièrement le détour.

Pour terminer, même si j'aime particulièrement l'histoire de Harry, Ron et Hermione, il y a quelque chose que j'aime encore plus dans les films : la musique. J'aime particulièrement l'écouter en étudiant. Elle me permet de me remémorer plusieurs scènes des films tout en me permettant de maintenir une concentration optimale. Ma préférée:


Et une autre que j'apprécie beaucoup :


Voilà, en espérant que vous aurez apprécier ce petit aperçu d'une de mes passions ! Et vous, comment avez-vous découvert Harry Potter ?