3 juin 2016

L'Ange de la nuit: Au-delà des ombres par Brent Weeks

Auteur: Brent Weeks
Éditeur: Milady
Collection: Fantasy
Pages: 697 pages
Parution: 25 juillet 2011


Quatrième de couverture: 

Cénaria est un royaume brisé où règnent la famine et le désespoir. Il n'est plus défendu que par une armée misérable. Au nord, le nouveau Roi-dieu a un plan. C'est de la démence mais, s'il parvient à le mener à bien, personne ne pourra plus l'arrêter. Pour sauver ses amis, et peut-être même ses ennemis, Kylar doit accomplir l'impossible: assassiner une déesse. S'il échoue, il condamnera à la moitié d'un continent. S'il réussit, il perdra tout ce à quoi il tient. 


Classement: Coup de coeur 


Mon avis: 



Alors, tout de suite après avoir terminé le 2e tome, j’ai décidé d’enchaîner avec le 3e et dernier tome de la série. Mes attentes étaient très élevées face à celui-ci : j’avais espoir que l’auteur réussisse à utiliser tous les éléments et les personnages qu’il avait présenté dans les tomes précédents et, à un élément près, il y est parvenu de façon magistrale !

On retrouve ici nos personnages principaux après la bataille au Bosquet de Pavvil, au moment où Térah Graesin devient la reine de Cénaria. Dans celui-ci, pas question pour Kylar d’abandonner son métier. Il est plutôt prêt à employer toutes ses capacités à leur plein potentiel afin d’aider les gens qu’il aime. L’auteur nous amène ici sur plusieurs fronts en même temps : Dorian, Feir, Solon, Vi, Élène, Kylar et j’en passe. Durant tout le roman, on appréhende la grandiosité de la fin, où tous auront leur rôle à jouer. Et, même si j’ai eu très peur de voir mes espoirs s’effondrer, il n’en a rien été. La fin était parfaite !

L’auteur réussit encore à nous étonner dans ce tome. Certains indices, qui ont été semés ici et là dans l’histoire, finissent par prendre tout leur sens. Cela faisait bien longtemps, il me semble, que je n’avais pas lu la fin d’une histoire (que cela soit une série ou un one-shot) où l’on nous donnait des explications sur absolument tout, mais tout en nous laissant une certaine marge de manœuvre dans les toutes dernières pages. Je veux dire par là que l’entièreté du passé et du présent ont une conclusion satisfaisante, mais que l’on connaît seulement quelques bribes du futur de chacun. Ces petits indices nous permettent de nous imaginer ce qui pourrait arriver, et c’est là qu’est la marge de manœuvre dont je parlais précédemment. J’adhère absolument à cette façon de faire et j’espère que j’aurai le plaisir de la retrouver dans d’autres histoires !

L’auteur réussit aussi à s’en tenir à son idée première. Il est très rare que cela arrive, mais ce livre n’a pas un happy ending. Et je suis en train de réaliser que ce sont vraiment les fins comme celle-ci que je préfère. En effet, cela me donne l’impression que l’auteur ne se censure pas et qu’il reste fidèle aux caractères des personnages qu’il a créé. J’ai aussi l’impression que l’auteur lui-même n’écrit la fin qu’à contrecœur, comme si c’était l’histoire elle-même qui la lui imposait. Il s’agit pour moi de la preuve irréfutable que Brent Weeks est un excellent auteur.

L’auteur réussit dans ce tome à faire ressortir la personnalité de chaque personnage et à l’exploiter au maximum. Celui qui m’a le plus étonné, c’est Dorian. Autant il peut être la personne la plus vertueuse sur Midcyru, autant il est prêt à sacrifier cette même vertu pour une cause qui le dépasse. En cela, l’auteur réussit très bien à démontrer que chaque individu recèle une part d’ombre en lui et que ce n’est que par la volonté qu’on peut réussir à l’écarter. Ensuite, j’ai admiré l’évolution de Vi. Par son vécu, elle nous prouve qu’une personne qui n’a pas eu de chance dans sa jeunesse peut toujours se rattraper et devenir quelqu’un de différent. J’ai aussi bien apprécié l’habileté politique de Logan, qui s’acclimate relativement bien à sa nouvelle position. À croire qu’il a toujours été fait pour la négociation !

Finalement, je ne peux pas faire une critique de ce roman, de cette trilogie, sans parler de Kylar et Élène. Wow...! Les deux personnages sont époustouflants ! D’abord, Kylar réussit à nous montrer l’une des meilleures parts de lui-même, soit la grandeur et la force de son amour. Cela semble anodin, mais on se rend vite compte que c’est l’un des aspects les plus décisifs de cette histoire. Encore une fois, j’adore le fait que l’auteur réussit à bien montrer que tous ses personnages ont une part d’ombre et de lumière et que c’est à eux de choisir ce qu’ils veulent être. Et puis Élène… Que dire de cette magnifique jeune femme, sinon qu’elle est extrêmement courageuse ! Je l’admire beaucoup pour sa pureté malgré son enfance difficile, de même que sa faculté de pardon. À sa place, je n’aurais pas été capable d’accepter ce qui lui est arrivé !


Pour fini, je dois dire que j’ai été très surprise que toutes mes attentes soient remplies ! Il s’agissait d’une très belle trilogie de fantasy qui restera longtemps dans mes pensées ! Elle aura même réussit à me faire verser quelques larmes malgré moi. C’est le cœur lourd qui je quitte cet univers et ces personnages… Je vous conseille cette série les yeux fermés !


15/24


Aucun commentaire:

Publier un commentaire