30 novembre 2016

Bilan sur le Challenge Littérature de l'Imaginaire Édition 2016

http://amarueltribulation.weebly.com/uploads/2/5/4/4/25445014/8760376.jpg?625

Bonjour à tous et à toutes !

Et oui, cela fait déjà un an que je me suis inscrite à ce merveilleux challenge organisé par Amarüel au début décembre passé. Je vous retrouve donc en cette dernière journée de novembre pour vous faire le bilan de mon challenge !

D'abord un petit rappel: Le challenge Littérature de l'Imaginaire consiste à lire des livres faisant partie de la Fantasy, du Fantastique ou de la SF durant un an, en se fixant une balise de nombre de livres à lire. Pour les curieux, voici les balises qui étaient disponibles: 

Échelon 1: Atterissage dans l'irréel - au moins 12 livres 
Échelon 2: Petit pas dans l'ailleurs - au moins 24 livres
Échelon 3: Plongée dans l'inconnu - au moins 36 livres 
Échelon 4: Immersion dans le vide - au moins 48 livres 
Échelon 5: Absorption dans l'étrange - au moins 60 livres 
Échelon 6: Fusion dans l'utopique - au moins 72 livres 
Échelon 7: Je lis donc je chronique - au moins 100 livres

Pour ma part, j'avais choisie de m'inscrire à l'échelon 1, et donc de me fixer un objectif de lecture de 12 livres de l'imaginaire. En plus de cela, on nous demandait de pimenter un peu le challenge en choisissant une catégorie parmi celles proposées. J'ai décidé de prendre la Catégorie C, soit que les mangas et les BDs ne pourraient pas compter pour mon challenge. Ainsi, voici venu le moment tant attendu ! Combien de livres ai-je lu ? 

1. Promise par Ally Condie 
2. Allégeance par Veronica Roth 
3. Le trône de fer, l'intégrale 3 par George R.R. Martin  
4. La 5e vague par Rick Yancey 
5. Endgame tome 2: La clé du ciel par James Frey 
6. Insoumise par Ally Condie 
7. Bilbo le Hobbit par J.R.R. Tolkien 
10. Légende par David Gemmell 
11. Legend par Marie Lu 
12. Vampire Academy tome 1: Soeurs de sang par Richelle Mead  
14. L'Ange de la nuit: Le choix des ombres par Brent Weeks  
16. Kaïsha: L'enfant des trois mondes par Elisabeth Camirand 
17. La Sélection tome 1 par Kiera Cass
18. La Sélection tome 2: L'Élite par Kiera Cass 
21. Arena 13 par Joseph Delaney 
22. Vampire Academy tome 2: Morsure de glace par Richelle Mead 
23. Légendes du Monde Émergé tome 3: Les derniers héros par Licia Troisi 
25. Half Bad tome 1: Traque blanche par Sally Green
26. L'Élite tome 1 par Joelle Charbonneau 
27. Animale tome 1: La malédiction de boucle d'or par Victor Dixen 
28. L'âge du feu tome 1 : Dragon par E.E. Knight 
29. Tobie Lolness tome 1 : La vie suspendue par Timothée de Fombelle
30. Sang de pirate tome 1: Vengeances par Elisabeth Tremblay
31. Le voleur de coeur par Rawia Arroum 



J'ai donc réussi à lire 31 livres durant l'année, et à en chroniquer 24 sur les 31 ! Je suis assez fière de moi, considérant que je voulais, à la base, ne pas m'imposer trop de limites dans mes choix de lecture, ce qui explique mon inscription à l'échelon le plus bas. Grâce à tout cela, j'ai donc réussi mon défi, mais en plus, j'ai même monté d'un échelon en cours de route ! Revoyons donc la PAL que je m'étais fixée au mois de Novembre 2015: 



Parmi les livres que je voulais lire, j'en ai lu 5 sur 12, ce qui n'est pas si mal tout compte fait ! Ainsi, j'ai lu le 3e tome du Trône de fer, les premier et deuxième tome de La passe-miroir, Sang de pirate tome 1, l'entièreté de la trilogie Légendes du Monde Émergé ainsi que le one-shot Bilbo le Hobbit ! Je ne renonce toutefois pas à l'idée de lire les autres, et ce durant le prochain challenge de Littérature de l'Imaginaire !

 L'article à ce propos sera publié très bientôt, où je me fixerai de nouveaux objectifs et où je me concocterai une nouvelle PAL ! 

Si vous avez vous aussi participer à ce challenge, n'hésitez pas à me donner le lien de votre article ! Je suis toujours curieuse de découvrir de nouveaux titres dans ces mondes qui me plaisent tant, mais surtout de connaître les avis des autres sur ces mêmes histoires ! Sur ce, à bientôt ! 


Légendes du Monde Émergé tome 2: La fille de sang par Licia Troisi

Auteur: Licia Troisi
Éditeur: Pocket Jeunesse
Collection: ---
Pages: 360
Parution: 23 août 2012


Quatrième de couverture: 

Dans un Monde Émergé désormais en ruine, la jeune Adhara doit accepter son identité : celle d'une créature non-humaine né pour combattre le mal... Poussée par l'unique désir de fuir son destin, traquée par ceux qui veulent profiter de ses pouvoirs, Adhara devra finalement faire face à son passé et s'allier à son plus vieil ennemi. Le Monde Émergé pourra-t-il échapper au chaos ? 

Mon avis: 

Ce deuxième tome met en jeu des problématiques auxquelles je ne m'attendais pas du tout à la fin du premier roman. L'auteure décide de se concentrer presque exclusivement à la résolution de ces "nouveaux" problèmes qu'elle fait apparaître au tout début du roman, ce qui a fait en sorte de quelque peu diminuer mon intérêt. En effet, ici, on ne se concentre pas du tout sur l'énigme principal. À part quelques chapitres parsemés ici et là au début et à la fin du roman, nous n'avons que très peu d'avancement en ce qui a trait à la quête principale de l'histoire.

Au tout début, Adhara et Amina décide de partir ensemble aux fronts, afin d'être utile pour la résistance contre les envahisseurs. Elles se rendent bien vite compte que leur fuite éperdue ne peuvent que mal se dérouler, et leur chemin finisse par se séparer. Cet épisode de la vie d'Amina la fait beaucoup évoluer, de même que les événements qui vont suivre. J'apprécie de plus en plus cette petite peste au fort caractère qui ne se laisse pas marcher sur les pieds !

Adhara, quant à elle, se retrouve seule avec Adrass, le magicien de l'ancienne secte des Veilleurs. Bien vite, dû à son état, elle se doit de rapidement trouver une solution pour que son corps ne se décompose pas lentement en petits morceaux. Adrass et elle partent donc à la recherche d'une très ancienne bibliothèque, oubliée de tous, afin de trouver le remède à son mal. Sérieusement, je ne sais vraiment pas ce qu'Adhara a fait d'autre dans ce livre, à part être dans cette bibliothèque... J'ai l'impression qu'ils y ont passé des années avant qu'il arrive enfin quelque chose. Bien sûr, ce périple leur a permis de mieux se connaître mutuellement et d'évoluer, mais j'ai trouvé ce passage plutôt longuet.

Toutefois, l'histoire des autres personnages, qui entrecoupait celle d'Adhara, permettait de me tenir en haleine. Par exemple, l'esprit toujours aussi torturé d'Amhal m'a donné des frissons à certains moments, de par les gestes qu'il a posés. Je ne m'attendais pas du tout à son association avec certains personnages aussi facilement, lui dont le rêve a toujours été contraire à ses agissements aujourd'hui. Toutefois, cela rajoute un peu de piquant à l'histoire, et ce n'est pas pour me déplaire au vu de la trame factuelle d'Adhara.

L'auteure maîtrise toujours aussi bien sa plume, même si, comme je le disais dans une précédente chronique, elle n'est pas aussi complète et majestueuse que dans mon souvenir d'enfant. On peut toutefois lui donner la maîtrise de l'évolution psychologique de ses personnages, dans une continuité du premier tome. J'aime beaucoup les divers événements auxquels sont confrontés Doubhée, Amhal, Adhara, Amina et Kalth dans ce deuxième tome, puisque je suis capable d'évaluer l'impact que ceux-ci ont sur ces personnages et dans quelle mesure cela les fait évoluer. Tous deviennent de plus en plus mûrs et sages, mais surtout réfléchis. Ils passent par-dessus leur volonté propre pour se dédier corps et âme à l'accomplissement d'une cause qui les dépasse. Les enfants abandonnent donc leur innocence et se confrontent directement à ce qui les entoure, en prenant les décisions qui s'imposent. J'ai vraiment adoré cette progression, que je ne me lasse pas de découvrir chez cette auteure.

Finalement, l'ambiance dans ce tome-ci était un peu moins post-apocalyptique comme dans le premier avec la maladie qui rongeait tout le monde et qui tuait des centaines et milliers de personnes. Au contraire, je dirais que l'auteure a un peu mis de côté cette problématique pour se concentrer plus, au niveau politique, sur la guerre à venir. On a donc encore l'impression que des gens meurent, mais plus inutilement (ceux qui auront lu le livre me diront que l'attaque contre la Terre du Vent contredit ce que je soutiens, mais bon), ou alors plus de la même façon. De plus, le tout est beaucoup moins mystérieux. Dans le premier, l'histoire commençait avec un personnage qui ne se souvient plus du tout de qui elle est, et se poursuivait par un combat contre un ennemi inconnu. Dans ce tome, au contraire, on sait qui est l'ennemi, et on sait quel est le rôle d'Adhara dans toute cette histoire. Les paramètres sont clairs, ne restent plus qu'à trouver des solutions...

Bref, ce deuxième tome était très bien comme continuité au premier, même s'il manquait quelque peu d'actions. J'ai tout de fois bon espoir que le prochain tome saura me combler à ce niveau, puisqu'il s'agit du dernier de cette série et qu'une guerre semble être sur le point d'éclater comme il se doit ! Je vous le conseille si vous aimez les histoires de fantasy où vous vous attachez aux personnages et où vous pouvez suivre leur évolution d'une façon réaliste.


20/12



25 novembre 2016

Le dernier procès : L'affaire Jacques Delisle par Kathryne Lamontagne

Auteur: Kathryne Lamontagne
Éditeur: Stanké 
Collection: ---
Pages: 256
Parution: 29 septembre 2014

Quatrième de couverture: 

Que s'est-il passé le matin du 12 novembre 2009 ? À ce jour, seul Jacques Delisle le sait. Retraité de la Cour d'appel du Québec, Jacques Delisle était un magistrat respecté et même craint par certains. Sa vie bascule en juin 2010 lorsqu'il devient le premier juge au Canada à être accusé pour le meurtre prémédité de son épouse. Au terme d'un procès très médiatisé, un jury reconnaît sa culpabilité, le faisant ainsi passer du côté des criminels. Alors que Jacques Delisle clame son innocence, la Cour d'appel et la Cour suprême refusent l'une après l'autre d'ordonner un nouveau procès. Au moment de la publication de ce livre, l'ex-juge Delisle est toujours derrière les barreaux. 

Dans cet ouvrage, la journaliste Kathryne Lamontagne relate, à la manière d'un roman policier, la chronologie des événements. Elle s'appuis sur des extraits de cour, des tweets et des entrevues effectuées avec les principaux acteurs de cette saga. Elle donne aussi la parole au condamné, qui se livre pour la toute première fois. Il s'agit peut-être de la dernière occasion qu'a l'homme de 79 ans de se faire entendre. 

Le lecteur en apprendra également sur l'autre dram que cache cette tragédie, celui d'une famille déchirée entre la mort d'une femme aimée et l'emprisonnement à vie d'un père admiré. 

Mon avis : 

Ce livre m'a été conseillé par l'une de mes professeures à l'université, elle qui avait elle-même lu ce livre par curiosité. En effet, de cette saga judiciaire qui s'est étendue de 2009 à 2014, la communauté ne sait presque rien. Il faut dire que les faits de la cause sont plutôt flous: seuls Jacques Delisle et Nicole Rainville ont pu être témoins des événements qui sont survenus le 12 novembre 2009. Plutôt curieuse de nature, titillée par les avis divergents que j'entendais par rapport à cette cause, j'ai décidé de me renseigner plus en profondeur sur ce dossier, question de me forger ma propre opinion sur le sujet. 

Pour ceux qui, comme moi avant la lecture de ce roman, seraient un peu perdu sur l'affaire Delisle, je me permets de vous faire un rapide survol. D'abord, il faut savoir que Jacques Delisle est un ex-juge de la Cour d'appel du Québec, qui était à sa retraite au moment des événements qui ont changé sa vie. Le 12 novembre 2009, Jacques Delisle se dispute avec sa femme, puis s'en va à l'épicerie acheter des salades pour le dîner, où le couple recevra sa fille. Lorsqu'il revient à la maison, il retrouve sa femme couchée sur le divan, morte. Un fusil repose à côté d'elle, et il suppose immédiatement qu'elle s'est suicidée. En effet, Nicole Rainville venait tout juste de réintégrer le foyer familial à la suite d'une fracture de la hanche survenue à l'été 2009. De plus, il faut mentionner que Mme Rainville avait fait un AVC au mois d'avril 2007, la laissant paralysée du côté droit. Les événements précédents laissent donc croire qu'elle aurait pu avoir les raisons de poser ce geste... 

Or, les policiers et le ministère public ne voit pas la situation de cet oeil. Après une enquête méticuleuse de la situation, la possibilité d'un suicide est écartée. En effet, l'expert en balistique de la Couronne analyse la situation et ne réussit aucunement à reproduire la tache de poudre que l'on retrouve sur la main de Mme Rainville. Ils ne savent pas exactement ce qui s'est passé, mais l'expertise révèle hors de tout doute raisonnable (et même à 100% selon l'expert) que la théorie du suicide est impossible. Hors, comme aucun signe d'entrée par effraction n'a été retrouvé, les représentants du ministère public croit que la seule personne qui a pu faire feu sur Nicole Rainville est nul autre que son mari Jacques Delisle. Ils expliquent donc la tache de poudre apparaissant sur sa main par un geste défensif que la femme aurait eu tout juste avant de s'éteindre. 

Globalement, le topo est là. Ainsi, comme vous pouvez le constater, aucune preuve ne pouvait immédiatement accuser M. Delisle d'avoir commis ce geste odieux vis-à-vis de sa femme. Ce n'est qu'un ensemble de circonstances, et particulièrement la preuve de balistique de la Couronne, qui appuierait la thèse du meurtre. Le procès semble donc, au vu de cette preuve éparse, vouloir être particulièrement long et ardu. Or, au terme de la preuve présentée, c'est un jury composé de 4 femmes et de 8 hommes qui devra trancher sur la culpabilité ou l'innocence de l'accusé vis-à-vis des chefs d'accusation qui sont portés contre lui, soit un meurtre au premier degré. 

Le livre en tant que tel retrace de long en large l'entièreté des événements se rattachant à ce dossier. Il regroupe autant la vie du couple avant le malheur que 2 entrevues inédites avec M. Delisle alors qu'il purge sa sentence de 25 ans de prison ferme. On y retrouve aussi des tweets de journalistes en temps direct durant le procès, de même que certains passages des témoignages et des plaidoiries des deux avocats. L'auteure ne suit pas un ordre chronologique pour ses chapitres, mais on réussit tout de même à bien suivre le fil des événements. En fait, elle commence par mettre en contexte la situation, puis elle recommence l'histoire du début. Cela est très bien fait et permet au lecteur de s'assurer qu'il sait bien de quoi l'on parle avant de s'avancer plus avant dans sa lecture. 

L'auteure prend aussi la peine de donner autant la parole à la défense qu'à la Couronne. Elle n'exprime aucunement son avis sur le procès, laissant au lecteur le soin de sa faire sa propre tête sur le sujet. Le livre se veut donc un bon recueil informatif sur le procès Delisle, malgré certaines interprétations de la journaliste sur les non-dits de différents acteurs. Par exemple, on nous signale, en tout début de livre, que le juge lui-même semble déconcerté par la décision des jurés. Or, à mon avis, cela semble être une interprétation humaine que d'affirmer cela, alors que les propos du juge ne font que remercier le jury pour son travail. Il ne faut donc pas s'arrêter à des détails comme celui-ci, sans avoir l'assurance qu'ils sont véridiques, mais bien rester objectif face à la situation et aux faits rapportés. 

Le livre a eu l'effet escompté sur moi: il m'a sensibilisé à la cause, m'a informé de tous les tenants et aboutissants du procès mais, surtout, m'a permis d'évaluer la preuve par moi-même. Je comprends pourquoi les jurés ont décidé de condamner M. Delisle mais, en même temps, je ne peux pas m'empêcher de croire que des raisons autres que la simple preuve ont pu les amener à prendre cette décision. Vous le comprenez sûrement, je suis encore indécise par rapport à cette cause, et un doute reste présent dans ma tête à savoir si M. Delisle ne serait peut-être pas coupable de ce meurtre. Toutefois, maintenant, je suis beaucoup mieux informée sur les circonstances qui ont mené à ce procès et je peux décemment me faire une tête sur le sujet, avec les éléments nouveaux qui apparaîtront. Car oui, Me Larochelle, l'avocat de M. Delisle, compte faire une demande au ministère de la justice fédéral afin de faire reconnaître qu'il y a erreur judiciaire dans les circonstances. Bref, c'est une saga à suivre... 

Je le recommande donc pour tous ceux qui veulent en apprendre davantage sur le dossier Delisle. L'ouvrage est vraiment destiné à tout public, et non pas seulement à la communauté juridique. Si le sujet vous intéresse, foncez sur ce livre qui vous donnera un très bon aperçu de la situation de l'ex-juge Delisle et des différents acteurs ayant gravité autour de lui tout au long du processus. 

Vampire Academy tome 2: Morsure de glace par Richelle Mead

Auteur: Richelle Mead
Éditeur: Castelmore
Collection: ---
Pages: 316
Parution: 12 novembre 2010


Quatrième de couverture: 

Les vacances de Noël ont débuté à Saint-Vladimir, mais Rose n'a pas la tête à s'amuser. Une attaque strigoï a mis l'école sur alerte rouge et des gardiens viennent renforcer la sécurité. Cette année, le séjour au ski de l'Academy est obligatoire pour tous alors que la menace se rapproche. Pourtant, Rose et Lissa ne sont pas à l'abir du danger pour autant. Quand trois de leurs amis partent à l'assaut, Rose doit se lancer à leur secours. Mais l'héroïsme a un prix. 

Mon avis: 

Dans ce deuxième tome, on replonge directement dans l'action laissée dans le premier. Ainsi, on se retrouve avec une Lissa quelque peu ébranlée et une Rose de plus en plus réceptive aux flux émotifs de sa meilleure amie. Au travers de tout ça, une nouvelle intrigue se met en place dans la Vampire Academy, qui oblige le personnel enseignant à renforcer le système de défense de l'école et à prendre des mesures extrêmes pour les vacances de Noël. Ainsi, tous les élèves sont obligés de se rendre au chalet de ski pour le temps des fêtes, ce qui est loin de plaire à tous. 

Dans ce nouvel opus, on suit encore une fois Rose, le personnage principal du roman. La dhampir sera mêlée à une histoire qui la dépasse complètement, où toutes ses capacités seront mises à rude épreuve. Au travers de tout cela, on rencontre de nouveaux personnages haut en couleur, dont un en particulier qui m'a bien plu. Avec celui-ci, on peut apprécier à son plein potentiel la répartie de Rose dans les situations les plus saugrenues. Cela m'a fait encore plus apprécié le personnage de Rose, cette tête forte qui n'hésite pas à foncer au devant du danger pour sauver ses amis. Malheureusement pour elle (et heureusement pour nous), cet aspect de sa personnalité lui fera vivre des expériences qu'elle aurait peut-être préférées éviter... 

Sinon, pour ce qui est de l'intrigue, j'ai trouvé qu'elle avançait un peu moins que dans le premier tome. L'auteure met en place une toile de fond, puis une intrigue propre au récit qui rend celui-ci assez addictif malgré ce manque de progression dans la trame principale de l'histoire. Cela n'a donc pas nui au rythme du récit en tant que tel, mais j'avoue que ma curiosité a été mise à rude épreuve puisque les réponses que j'attendais depuis la fin du premier tome ne m'ont pas encore été présentées. J'ai toutefois bon espoir que le prochain tome réponde à mes exigences de ce point de vue-là puisque le titre du 3e livre est assez évocateur sur le sujet. 

Encore une fois, le style de l'auteure est très fluide, mais aussi très accessible à une pléthore de lecteurs différents. Le livre se dévore en très peu de temps, alternant les moments d'action et les phases dites un peu plus calmes. On nous tient en haleine tout du long, ce qui est exactement ce que l'on recherche pour un roman comme celui-ci. Bien sûr, le vocabulaire utilisé ne casse pas trois pattes à un canard, mais les riches personnalités des divers protagonistes de l'histoire rachètent largement ce petit manque qui n'en est pas vraiment un en littérature young adult. 

En conclusion, cette suite m'a donné envie de connaître le fin mot de l'histoire ! En plus d'orchestrer des personnages plus intéressants et badass les uns que les autres, l'auteure met en scène des événements qui font évoluer psychologiquement le personnage de Rose en particulier. Ce développement personnel sera sans doute très utile lors des prochaines péripéties, où Lissa deviendra infiniment plus importante que ce qu'elle a été ici. J'ai hâte de voir ce que l'auteure nous réserve !    

21/12


21 novembre 2016

Sang de pirate tome 1: Vengeances par Elisabeth Tremblay

Auteur: Elisabeth Tremblay
Éditeur: De Mortagne
Collection: ---
Pages: 462 
Parution: 11 février 2015


Quatrième de couverture: 

Enfant, Sax devait être sacrifié pour protéger le passage entre son monde et un autre. Sauvé de la mort par une sorcière, il devient le pirate le plus recherché des mers d'Alstrass. Mais l'ampleur de ses pillages et la renommée qui l'accompagne ne suffisent pas à lui faire oublier son désir de vengeance. Pour l'assouvir, il dissimulera sept trésors et créera sa propre légende. 

Près de trois siècles après la mort du pirate, en dépit d'une carte accessible à tous, les butions narguent toujours les chasseurs de trésors. Ils ne peuvent être retrouvés qu'avec l'aide de Kaléïdes. Ces humains nés hybrides ont le don de contrôler certaines espèces animales. Et ces êtres sont tout aussi rares que convoités. 

Élevé loin de la civilisation, Maksim croit pourtant tout connaître des humains comme des hybrides. Téméraire, il n'a peur de rien et rêve de sillonner les mers à la recherche des trésors de Sax. Il est convaincu de réussir là où tous ont échoué. Quant à elle, Tiss craint sa propre mort, mais est fascinée par celle des autres. Elle vit en permanence avec, lovée dans son cou, une salamandre dressée pour tuer. Au contraire de Maksim, les trésors ne l'intéressent pas. Toutefois, elle sait qu'un jour, on la traquera pour les retrouver. 

Tous deux Kaléïdes, ils ont grandi sur des îles distinctes du vaste archipel d'alstrass. Ils ne se sont jamais rencontrés et ignorent tout de leur existence mutuelle. Jusqu'à ce que Grévec, pirate obnubilé par la légende de Sax et capitaine de L'Hydre, débarque dans leurs vies... 

Mon avis: 

Ouf, avant d'avoir eu à réécrire cette quatrième de couverture. je ne m'étais jamais rendue compte qu'elle était si longue ! Il faut dire qu'il est plutôt difficile de placer le contexte d'une histoire comme celle-ci, et qu'une longue quatrième de couverture ne nuit tout de même pas au livre. Avant de parler de l'histoire en elle-même, je souhaitais simplement souligné que je suis très heureuse d'avoir pu faire cette lecture qui me tentait depuis des lustres, d'autant plus que j'ai réussi à obtenir une copie dédicacée au Salon du livre de l'Estrie ! 

Parlons donc maintenant de l'organisation de ce livre. Tout d'abord, il ne faut pas être surpris, mais le prologue fait 100 pages. Alors, je vous explique. L'auteure nous projette dans la tête de Vienna, une Valadryelle (ou sorcière) qui a pris soin de la première Kaléïde mâle, nommé Sax. On découvre donc son arrivée à l'école des Valadryelles, sont apprentissages, sa cérémonie d'initiation, et ainsi de suite jusqu'à revenir au présent. Par ce récit de la vie de Vienna, l'ensemble de l'univers est mis en contexte. L'auteure en profite pour nous présenter les différents habitants du monde qu'elle a créé, de même que le fonctionnement politique de ce monde. 

Et puis BOUM, on arrive à la centième page, fin du prologue. Découverte: Vienna et Sax ont vécu il y a pratiquement 250 ans, et on nous présente de tous nouveaux personnages, pour vivre une toute nouvelle histoire. Je ne sais pas si c'est moi qui s'attache vite, mais j'ai un peu regretté de quitter Vienna après l'avoir accompagné une bonne partie de sa vie. J'ai beaucoup aimé le prologue, et je regrettais alors de commencer une nouvelle histoire, avec des personnages jeunes et adolescents en plus ! En effet, Vienna est une adulte accomplie qui a du vécu et qui réfléchit donc avant d'agir. Ce n'est clairement pas le cas des nouveaux personnages qu'on nous présente, deux Kaléïdes qui se cachent chacun à leur façon: Tiss et Maksim. 

Je dois dire de prime abord que j'ai eu une certaine difficulté à bien m'attacher à eux au début. Bien sûr, au fil de ma lecture, j'ai fini par les apprécier, mais cela ne s'est pas fait en claquant des doigts. Je regrettais, comme je viens de le dire, Vienna et Sax, mais surtout Vienna. Mais, il faut le dire, j'étais tout de même un peu curieuse de me retrouver dans la tête de Kaléïdes. Pour que vous compreniez, il faut que vous sachiez ce qu'est une Kaléïde. En fait, sans entrer dans les détails, il s'agit d'un être "humain" qui est capable de contrôler soit une, soit 3 espèces animales. De plus, lorsqu'il peut en contrôler 3, c'est une terrestre, une volante et une aquatique. Vous imaginez donc bien sûr que j'étais très curieuse de découvrir le fonctionnement de ce mystérieux pouvoir... 

Comme je viens tout juste de le mentionner, j'ai réussi à m'attacher aux personnages. Tiss est une jeune fille brillante qui se méfie des êtres humains. Au contraire, Maksim (je tiens à souligner que j'adore cette façon d'écrire le prénom !) est naïf puisqu'il croit toujours qu'il sait tout et qu'il peut tout faire seul. La vie lui apprendra, à ses dépens, qu'il n'a peut-être pas raison sur certains points, ce qui n'est pas plus mal à mon avis. Tiss aussi devra passer au travers d'horribles épreuves qui la marqueront à jamais (mais elle, elle le méritait beaucoup moins). J'ai aussi bien apprécié les personnages de Johanna, de Jack et de l'ancêtre des indigènes, entre autres. 

Je me dois de souligner la complexité du monde qu'a imaginé l'auteure dans ce livre. Bien sûr, certains aspects me rappellent la série Fille de Lune, de la même auteure, et j'ai donc été ravie de les retrouver. Par exemple, la complexité de la magie, le fait qu'on ne peut pas tout savoir tout de suite,  et donc qu'il faut un apprentissage à toute chose, mais aussi certaines façons de voyager d'un endroit à un autre. je reconnais bien là la signature de l'auteure, et j'espère de tout cœur que la suite des choses m'impressionnera autant que sa précédente série. 

Pour conclure, ce roman a été un coup de coeur pour moi. J'ai adoré le fait que l'auteure ne s'arrête pas à créer un univers qui sera facile à comprendre pour les lecteurs. Au contraire, elle décide d'exploiter son idée à son plein potentiel et réussit à embarquer le lecteur (ou tout du moins, elle a réussi avec moi) dans son univers sans qu'il ait de la difficulté à la suivre. Je suis donc très heureuse d'avoir pu côtoyer les personnages et la magie de ce monde et c'est avec plaisir que je lirai la suite de la série ! 

24/12



18 novembre 2016

L'Élite par Kiera Cass

Auteur: Kiera Cass
Éditeur: Robert Laffont
Collection: R
Pages: 324
Parution: 18 avril 2013 


Quatrième de couverture: 

La Sélection de 35 candidates s'est réduite comme peau de chagrin, et désormais l'Élite restante n'est plus composée que de 6 prétendantes. L'enjeu pour ces jeunes filles ? Convaincre le Prince Maxon, le Roi et la Reine ses parents, qu'elles sont les mieux à même de monter sur le trône d'Illéa, cette petite monarchie régie par un strict système de castes et déchirée par deux factions de rebelles qui veulent la faire tomber. 

Pour America Singer, la donne est encore plus compliquée : ses sentiments pour Maxon viennent se heurter à son amour d'enfance pour Aspen, garde royal qui hante les couloirs du palais, et à son sens aigu de la justice trop souvent déçu par les décisions royales... Entre intrigues et cour, dilemmes tragiques et loyautés divisées, America navigue à vue dans la tourmente, en quête de la décision qui changera à jamais sa vie. 

Mon avis: 

Avec la fin du précédent tome, celui-ci promettait. En fait, j'avais tellement hâte d'en connaître la suite que j'étais allée le chercher sitôt le premier tome dévoré, et j'ai fait de même avec celui-ci. Il faut dire que Kiera Cass a un don pour nous captiver dans son histoire, à un point tel que tout ce que l'on veut, dès qu'on a commencé la lecture de ses livres, c'est de savoir ce qui va arriver ensuite, puis ensuite, et ce jusqu'à tourner la dernière page ! Et hop, au suivant ! 

L'histoire ici est devenue plus intéressante. Les parents de Maxon se rapprochent beaucoup plus des candidates afin de mieux les connaître et de conseiller leur fils. Les jeunes filles doivent donc redoubler d'ardeur pour satisfaire à tout le monde, tant les personnages royaux que le promis et les téléspectateurs. Car oui, ce n'est pas parce qu'elles ne sont que 6 qu'elles ne sont pas constamment observées par les caméras ! La compétition devient un peu plus farouche, et avec elle les participantes qui voient de plus en plus s'approcher l'objet tant convoité. 

Dans cet épisode, j'ai été quelque peu déçue par le personnage d'America. Dans le premier tome, je l'avais beaucoup apprécié parce qu'elle refusait de laisser tomber ses convictions et qu'elle avait joué franc jeu avec le prince, ce qui demande beaucoup de courage. Toutefois, dans celui-ci, elle semble changer totalement de personnalité. En effet, je n'ai pas reconnu cette femme forte qui me plaisait tant... Ce qui a profondément perturbé America dans ce tome, c'est son ambivalence amoureuse. Elle joue avec les sentiments de tout le monde et cela finit par avoir un effet négatif sur elle...! L'indécision prend le dessus sur tout, et cela m'a beaucoup énervé. Je n'étais pas heureuse de voir se répéter un schéma de triangle amoureux de cette série aussi...! 

Mais bon, j'ai passé outre cette héroïne devenant de plus en plus décourageante à chaque page. J'ai plutôt décidé de me concentrer sur l'histoire politique qui se jouait à Illéa. Car oui, même si l'idée de la société utopique n'est pas aussi évidente dans ce livre-ci que dans beaucoup d'autres séries du même genre, il s'agit bien d'une dystopie. L'auteure en profite donc, dans ce tome, pour nous faire connaître Illéa et ses environs, des rapports qu'entretiennent les différentes castes entre elles jusqu'à ceux avec la royauté en place. On se rend vite compte que ce n'est pas tout le monde qui est d'accord avec la monarchie et le quotidien des résidents du château s'en fait ressentir. Et je me dois souligner que, même si America m'a un peu tapé sur le système dans ce tome-ci, cela n'a pas du tout été le cas par rapport à ses agissements politiques. Bien sûr, elle ne comprenait pas du tout la portée de ses gestes, mais c'était tout de même grandiose de voir la réaction du roi ! 

En conclusion, ce deuxième tome m'a beaucoup plu. Le roman se lisait tout seul, était très addictif et plein de rebondissements. Je ne m'y suis pas ennuyée une seule seconde, même si je pouvais de moins en moins tolérer le personnage d'America au niveau sentimental. Toutefois, son implication politique était un petit bijou et j'espère grandement qu'elle aura une influence sur les événements à venir. Le troisième tome promet !


18/12

15 novembre 2016

Les Stagiaires par Samantha Bailly

Auteur: Samantha Bailly
Éditeur: Milady 
Collection: Romance
Pages: 350 
Parution: 21 mars 2014

Quatrième de couverture: 

Ophélie, Arthur, Hugues et Alix viennent tous d'horizons différents. Leur seul point commun: ils rêvent de travailler chez Pyxis, entreprise spécialisée dans l'édition de mangas et de jeux vidéo, pilier dans le secteur de l'industrie créative. 

Une réalité s'impose rapidement : beaucoup de candidats, peu d'élus. Désormais, le stage est devenu une étape obligatoire pour ces jeunes qui sont à la croisée des chemins dans leurs vies professionnelles et affectives. 

Provinciale tout juste débarquée, Ophélie a laissé derrière elle petit ami et logement, et doit faire face aux difficultés de la vie parisienne. Étudiant en école de commerce, Arthur est tiraillé entre les grands projets qu'on a pour lui et son envie de mettre la finance entre parenthèses. À leurs côtés, Alix, passionnée de mangas, ne jure que par ses sagas favorites, et Hugues, graphiste, teste ses limites dans les soirées électro... Dans une atmosphère conviviale, travail et vie privée s'entremêlent. Pourtant, une question demeure en fond sonore : qui restera ? 

Mon avis: 

Ce livre a tout de suite attiré ma curiosité. Je vais effectuer mon premier stage cet été et je dois dire que je suis assez curieuse sur ce qui m'attends. De le découvrir du point de vue d'un jeune de mon âge, il faut dire que cela m'a immédiatement attiré et, en voyant cette magnifique couverture, je ne pouvais que craquer devant à cette histoire. 

Dans ce roman, nous sommes à tour de rôle dans la tête d'Ophélie et d'Arthur, deux jeunes totalement différents que tout oppose, hormis leur milieu de stage. Dès le début, je me suis immédiatement attachée à Ophélie. Il faut dire qu'elle me ressemble énormément: nous avons les mêmes valeurs, venons toutes les deux de régions et allons expérimenter autres choses en ville. Arthur, quant à lui, m'a immédiatement repoussé: en plus d'avoir une façon de penser très crue, ses agissement ne correspondaient aucunement à mes valeurs. Il ne profite pas de ce qu'il a et cherche toujours à obtenir ce qu'il n'a pas. Sa vie se rythme par les challenges qu'il réussit à relever, ce qui est totalement opposé à ma propre façon d'aborder la vie. Pour cela, chapeau à l'auteur pour avoir fait deux personnages aussi atypiques dont la personnalité se reflète dans leur façon de penser et d'agir. 

Quant à l'histoire, je l'ai trouvé très entraînante. Toutefois, je n'arrive toujours pas à comprendre comment les auteurs font pour nous captiver autant grâce à une simple narration de la vie quotidienne de leurs personnages. Mais il faut dire que ça marche ! J'ai totalement dévoré ce roman durant le Weekend à 1000 organisé la fin de semaine dernière. Je voulais toujours savoir ce qui allait arriver dans la vie d'Ophélie, d'Arthur, de Vincent, d'Alix et de Hugues, que ce soit au travail ou après. En plus de vivre des hauts et des bas au niveau professionnel (avec des maîtres de stage qui leur en font voir de toutes les couleurs), ils seront aussi impliqués émotionnellement. C'est sûr que l'histoire ne sort pas beaucoup des sentiers battus à ce niveau (on y retrouve même certains clichés qui m'ont un peu abasourdis), mais c'était tout de même agréable. 

Je ne peux pas rédiger cet article sans parler de la fin. En fait, plusieurs décisions que prend Ophélie ont réussi à me surprendre d'abord puis, en y réfléchissant, je me suis rendue compte que l'auteure n'avait pas le choix de faire cela. De même, je me doute bien que l'auteure ne partage pas nécessairement le point de vue d'Arthur sur le monde, mais elle a réussi à rester fidèle à son personnage à tout moment dans sa rédaction. Pour ça, je lui lève mon chapeau (il faudrait vraiment que j'aille m'en acheter un ! ) puisqu'il n'est pas facile de respecter les personnages que l'on s'est créé. En effet, les auteurs ont habituellement du mal à vraiment bien décrire les faits et gestes d'un personnage qui leur est totalement opposé en terme de valeurs, sauf s'il s'agit de cliché bien connu (dont les réactions sont donc prévisibles dans de nombreuses situations). Ici, j'ai d'abord été surprise par la divergence de narration d'Ophélie et d'Arthur, particulièrement parce que je ne pensais pas que l'auteure oserait un personnage comme Arthur. J'ai donc été, comme je l'ai dit au tout début de l'article, agréablement surprise. 

Finalement, j'ai été quelque peu déçue... le roman n'avait pas assez de pages ! J'aurais voulu suivre Ophélie pendant des semaines et des semaines encore, peu importe les décisions qu'elle aurait prises pour son futur ! Je voulais la voir évoluer psychologiquement et sur le plan sentimental aussi, question de la connaître encore mieux ! Je crois que c'est le seul problème que j'ai en lisant des romans contemporains: Je ne veux jamais que cela s'arrête ! Je l'avais souligné aussi dans Fangirl, de Rainbow Rowell. Je présume que je vais finir par m'habituer, ou alors je vais le déplorer à chacune de mes lectures ! 

Bref, j'ai vraiment beaucoup apprécié ce roman ! Il présente le quotidien d'un stagiaire en milieu professionnel et je dois dire que le tableau qui est dépeint me fait plutôt peur pour la suite ! (J'espère particulièrement ne pas tomber sur un maître de stage qui ressemble à Caroline !). Les personnages sont tout bonnement attachants, et on en vient même à aimer en détester certains... ! Je continue de plaider que le roman aurait dû être plus long, même si le continuer aurait impliqué de tomber dans une "nouvelle histoire". Je vous le recommande si vous avez envie d'explorer le monde des stages ou si vous souhaitez vous plonger nostalgiquement dans cet univers familier. 

10 novembre 2016

Weekend à 1000: Du 11 au 13 novembre 2016


Bonjour à tous ! 

Enfin, je me lance ! Pour la première fois, je vais participer au Weekend à 1000, organisé par Lili Bouquine. Pour ceux qui ne sont pas familiers avec ce challenge, il consiste originellement à lire 1000 pages dans la fin de semaine désignée, soit de 19h le vendredi à minuit le dimanche. 

Voici donc la PAL que je me choisis pour le Weekend : 

J'ai déjà lu 400 pages du 6e tome de Harry Potter, il en reste donc 315. 
Les stagiaires compte 350 pages. 
Sang de Pirate compte 462 pages. 

Et tout cela pour un total de 1127 pages ! 

Sur ce, bon weekend à tous ! 

Vendredi le 11 novembre : 


Avec le voyage aller-retour que j'ai fait à Montréal aujourd'hui, je n'ai eu qu'une petite partie de ma soirée pour continuer un peu le 6e tome de Harry Potter. Résultat: Je n'ai lu que 115 pages aujourd'hui !

115 / 1000

Samedi le 12 novembre : 


16h45 : Je viens tout juste de terminer mon Harry Potter. J'ai lu tout l'après-midi, et je compte commencer "Les stagiaires" de Samantha Bailly en soirée. Il ne faut toutefois pas que je néglige mes études, et ne surtout pas oublier que j'ai un examen cette semaine ! 

20h30 : Je ne suis définitivement plus capable de lire pour ce soir ! Ma lecture est tout de même bien entamé, avec une centaine de pages de lues ! 


415 / 1000


Dimanche le 13 novembre : 



16h45 : J'ai à peine lu une trentaine de pages jusqu'à maintenant ! Les 1000 pages ne sont définitivement pas atteignables pour aujourd'hui, mais je vais tenter de me rendre à 500 pages au moins pour ce soir !

22h00 : Voilà, je déclare officiellement forfait ! J'ai tout de même réussi à pas mal avancer dans ma lecture du roman "Les stagiaires", que je suis littéralement en train de dévorer. J'en suis à 285 pages, ce qui porte le total de ce challenge à:



600 / 1000


Je suis donc bien contente de mon résultat pour ce premier challenge, même si je n'ai pas vraiment réussi à atteindre les 1000 pages voulues. J'ai bien avancé dans mes lectures et je me suis amusée à tous vous suivre sur le groupe Facebook du challenge, ce qui est le plus important à mon avis ! C'est donc avec joie que je participerai au prochain challenge en 2017 ! 

Et vous, est-ce que vous avez réussi à atteindre les 1000 pages ? Quelles ont été vos lectures durant le challenge ? Dites-moi tout en commentaire ! 

Les disparus du Clairedelune par Christelle Dabos

Auteur: Christelle Dabos
Éditeur: Gallimard Jeunesse
Collection: ---
Pages: 560
Parution: 29 octobre 2015


Quatrième de couverture: 

Fraîchement promue vice-conteuse, Ophélie découvre à ses dépens la haine et les complots qui couvent sous les plafonds dorés de la Citacielle. Dans cette situation toujours périlleuse, peut-elle seulement compter sur Thorn, son énigmatique fiancé ? Et que signifient les mystérieuses disparitions des personnalités influentes à la Cour ? Ophélie se retrouve impliquée malgré elle dans une enquête qui l'entraînera au-delà des illusions du Pôle, au coeur d'une redoutable vérité.  

Mon classement: Coup de coeur

Mon avis: 

Dès que je l'ai vu à la bibliothèque, je n'ai pas pu m'empêcher de me jeter littéralement dessus, tellement j'étais curieuse de connaître la suite de cette histoire ! Je me rappelais avoir eu un coup de cœur pour le premier roman de cette série et j'avais donc hâte de voir si ce deuxième tome saurait maintenir le niveau. 

Nous nous retrouvons donc ici avec Ophélie, qui intègre la Cour de Farouk, l'esprit de famille de l'Arche. Immédiatement, on se rend compte de l'intérêt accru que porte Farouk à Ophélie, et décide même de la promouvoir vice-conteuse. Ophélie tentera donc d'utiliser à bon escient ce poste afin d'influencer l'esprit de famille de manière "subtile". En même temps, une intrigue politique se joue, causée par l'enlèvement de plusieurs personnalités publiques reconnues, de même que par la réception de lettre de menace par Ophélie. En plus de tout ça, elle devra toujours garder à l'esprit la venue de son mariage prochain avec Thorn, ce personnage taciturne qu'elle n'arrive toujours pas à apprécier. 

Dans les faits, j'ai trouvé l'histoire très prenante. On passe de rebondissements en rebondissements, tandis qu'Ophélie doit jouer plusieurs rôles importants au sein de la Cour. Il est vrai que l'histoire est un peu lente à se mettre en place, mais on comprend parfaitement pourquoi à la fin du récit. En effet, l'auteure profite de cette relative lenteur pour parsemer les indices qui mènent à la résolution de l'intrigue finale, comme quoi rien n'est jamais fait pour rien. Et puis, elle le fait tellement subtilement qu'on ne peut qu'être estomaqué par cette fin inattendue.  

Dans ce tome, les personnages restent fidèles à eux-mêmes, même si on apprend à mieux en connaître certains. Par exemple, Bérénilde et Archibald ont su monter dans mon estime durant ce tome. Ils font des choix ou subissent des épreuves qui leur attirent la sympathie des lecteurs, même si un petit coin de notre esprit se demande toujours s'il ne s'agirait pas que de poudre aux yeux pour endormir notre vigilance. En effet, dans cet univers, tous les coups sont permis pour s'attirer les bonnes faveurs du peuple et de l'esprit de famille.

J'apprécie aussi toujours autant Ophélie, qui ne cesse de gagner en maturité. Elle comprend de plus en plus dans quoi elle s'est embarqué, bien malgré elle, et comment faire pour vivre (et non plus seulement survivre) dans ce monde. C'est dans ce tome qu'elle est officiellement présentée à la Cour, et elle redoute autant que Thorn la réaction du peuple. Comme personne n'aime Thorn en ce bas monde, elle doit donc subir les conséquences de cette mésentente. Elle se doit aussi de fréquenter cet homme taciturne, qui ne semble vivre que pour son travail. Toutefois, malgré ces allures de fiasco, l'auteure saura nous étonner par la relation qui se développera entre Ophélie et Thorn dans ce tome-ci.

Finalement, je ne pouvais pas parler de ce roman, de cette série, sans aborder la plume de l'auteure. En effet, ici encore, Christelle Dabos réussit à nous faire dévorer un roman qui compte pas moins de 500 pages en un temps record. Il faut dire que la rédaction transforme ce roman en un véritable "Page turner". On veut toujours savoir ce qui va se passer ensuite pour Ophélie, et ce sur plusieurs plans à la fois. Nous redoutons autant qu'elle les demandes de Farouk et de Thorn, et nous ne pouvons nous empêcher de nous questionner sur les mystérieuses disparitions et sur la provenance des lettres de menace. Ajoutez à cela une plume tout à fait merveilleuse, où chaque mot est choisi avec soin, et vous obtiendrez ce roman coup de coeur.

En bref, j'ai énormément apprécié cette lecture. J'aime le fait que l'auteur prend son temps pour tisser des liens entre les personnages, et aussi pour nous faire découvrir les différentes facettes de leur personnalité. Cela fait en sorte que nous ne savons jamais à quoi nous attendre pour le futur, aiguisant notre envie de vouloir lire le prochain tome le plus rapidement possible. L'attente sera bien longue même si le tome 3 est prévu pour 2017...! 


19/12

6 novembre 2016

Tobie Lolness: La vie suspendue par Timothée de Fombelle

Auteur: Timothée de Fombelle
Éditeur: Gallimard Jeunesse
Collection: ---
Pages: 312 
Parution: Avril 2006


Quatrième de couverture: 

Se cachant au creux des écorces, courant parmi les branches, épuisé, les pieds en sang, Tobie fuit, traqué par les siens... Tobie Lolness ne mesure pas plus d'un millimètre et demi. Il appartient au peuple qui habite le grand chêne depuis la nuit des temps.

Parce que son père a refusé de livrer le secret d'une invention révolutionnaire, sa famille a été exilée, emprisonnée, condamnée à mort. Seul Tobie a pu s'échapper. Mais pour combien de temps ?

Mon classement: Coup de coeur

Mon avis: 

Je viens tout juste de terminer cette lecture et je ne pouvais que le chroniquer tout de suite. J'ai besoin de vous transmettre mon ressenti sur cette lecture immédiatement, de peur d'oublier des éléments qui m'empêcherait de faire une éloge complète à ce roman. 

Car oui, ici, il s'agira d'une éloge. Je suis tombée sous le charme, d'abord, de cet auteur génialissime, puis de ses personnages. Alors je me calme quelque peu pour vous faire un petit résumé du contexte, puis je vous explique ça. Nous sommes ici dans un monde très original où l'auteur fait évoluer ses personnages dans un arbre. Mais en fait, comme le suggère la couverture, les personnages sont en fait de minuscules bonshommes qui se sont organisés en société dans cet arbre. 

Nous rencontrons Tobie alors qu'il est en train de fuir les gens de son peuple. Nous plongeons littéralement dans la peur dévorante qui le consume, ainsi que dans son sentiment d'incompréhension vis-à-vis de cette chasse-poursuite dont il est le gibier. En effet, Tobie ne comprend pas vraiment ce qui se passe, hormis qu'il sait que son père a refusé de livrer un secret à la communauté et qu'il doit maintenant subir les conséquences de ce choix. Et je n'ai pas envie de vous en dire plus... 

Pour ma part, je suis plongée aveuglément dans ce livre, en ayant en tête que ce ne pouvait qu'être une bonne lecture. Les avis positifs pleuvent, et ils sont bien souvent au niveau du coup de coeur. Eh bien, je dois l'avouer, je n'ai pas pu résister moi non plus à lui accorder cette consécration suprême. C'est que ce livre est tellement merveilleux, aussi, qu'on ne peut rien y faire ! Que ce soit au premier ou au second degré, on ne peut qu'être charmé par le travail époustouflant de l'auteur. Cette petite histoire qui semble être destinée principalement aux enfants regorge en fait de leçons de vie et de parallèles qui ne peuvent que faire réfléchir le lecteur. Je n'ai même pas encore réussi à trouver toutes les analogies que l'auteur a fait, dans ce petit monde enfantin, avec les dures réalités qui composent notre monde actuel. Soulignons entre autres la référence à la couche d’ozone, que le professeur Lolness compare au trou formé par la chute de feuilles au fur et à mesure que l'arbre est exploité par les habitants. Ce simple petit exemple montre bien que, en creusant un peu, on peut trouver quantité d'analogies qui nous font sourire ou réfléchir, selon le cas. 

Et puis, nous arrivons au style de l'auteur. Je n'ai qu'une chose à dire: Wow ! Dès les premières lignes, j'ai tout de suite su que cette lecture allait être fabuleuse. L'auteur écrit d'une façon très poétique, mais sans tomber dans la lourdeur. Il vient nous chercher directement avec ses mots, qui sont toujours très bien choisis. Le vocabulaire est très riche et les idées excessivement bien exploitées. En fait, l'auteur joue un double jeu : il nous transporte grâce aux phrases et aux paragraphes dans son histoire, mais pas que. En plus, il se permet de jouer avec les mots. Ceux-ci ne sont jamais choisis à la légère et toujours très bien exploités. Cela fait de ce livre non pas l'un de ceux qui se dévore, mais bien qui se savoure. On a envie de le lire tranquillement, en ayant tout le temps devant nous. On veut faire de cette lecture un moment de détente, en captant et appréciant les moindres petites tournures de phrase que fait l'auteur. Puisque oui, chaque phrase de ce livre est un plaisir pour les yeux. Et même si l'histoire de Tobie devient un peu secondaire lorsqu'on se rend compte de la richesse des mots, on a tout de même envie de continuer notre lecture pour savoir ce qui va lui arriver ensuite. Je ne pourrais pas mieux décrire mon ressenti que comme ça, mais il faut que vous reteniez que vous devez lire ce livre ! C'est une vraie petite pépite cachée sous des allures de livre jeunesse ! 

Comme je le disais, même si je me suis beaucoup attardée au vocabulaire et aux messages cachés de l'auteur, j'ai tout de même su apprécier à sa juste valeur l'histoire principale. En effet, Tobie est un garçon très attachant dont la relative naïveté faisait apparaître des sourires sur mes lèvres. Il est très intelligent et ingénieux, mais surtout, il est d'une extrême gentillesse. De même, j'ai adoré le personnage livre et sauvage d'Elisha, qui ne cessait de m'étonner par sa rudesse, mais en même temps son grand cœur. Elle fait partie de mes deux personnages préférés, avec le père de Tobie, Sim Lolness. En effet, je me reconnaissais beaucoup chez ce professeur captivé par le monde qui l'entoure et qui désire plus que tout le bien-être de sa famille et de l'arbre. Il est même prêt à subir l'exil pour protéger ces deux choses chères à son coeur, et je l'admire beaucoup pour ça. 

Le schéma de l'histoire était lui aussi très bien fait. L'auteur a su faire progresser, sur la ligne du temps, le passé et le présent, sans s'attarder un peu trop à l'un ou à l'autre. De même, la narration du passé de Tobie et sa famille s'est terminé très tard dans le roman, ce qui rendait le tout assez addictif. Je suis aussi bien contente de cette fin, qui donne le goût d'avoir la suite là maintenant tout de suite. On veut savoir ce qui va se passer avec cette histoire, les décisions que va prendre Tobie et les réactions qu'auront les autres personnages. 

Somme toute, il s'agissait d'une excellente lecture que je suis bien contente d'avoir pris le temps de faire. Je remercie tout le monde d'avoir contribuer à faire connaître ce livre puisque, sans vous, je n'aurais jamais pu découvrir ce chef d'oeuvre. Ainsi, jeunes et moins jeunes, je vous recommande fortement cette lecture qui est menée sur deux tableaux à la fois, qui vous fera réfléchir sur de nombreux enjeux de notre monde actuel. J'espère, moi aussi, réussir à faire lire ce livre à ne serait-ce qu'une personne, pour que celle-ci puisse vivre tout ce que j'ai vécu. 

N'hésitez pas à me partager votre ressenti sur ce livre, qu'il soit en accord ou non avec le mien ! Je me ferai un plaisir d'échanger avec vous !     


23/12


La Sélection par Kiera Cass

Auteur: Kiera Cass
Éditeur: Robert Laffont
Collection: R
Pages: 360
Parution: 12 avril 2012


Quatrième de couverture: 

Trois cent ans ont passé et les États-Unis ont sombré dans l'oubli. De leurs ruines est né Illéa, une monarchie de castes. Mais un jeu de télé réalité pourrait bien changé la donne. 

Elles sont trente-cinq jeunes filles: "La Sélection" s'annonce comme l'opportunité de leur vie. L'unique chance pour elles de troquer un destin misérable contre un monde de paillettes. L'unique occasion d'habiter dans un palais et de conquérir le coeur du prince Maxon, l'héritier du trône. Mais pour America Singer, cette sélection relève plutôt du cauchemar. Cela signifie renoncer à son amour interdit avec Aspen, un soldat de la caste inférieure. Quitter sa famille. Entrer dans une compétition sans merci. Vivre jour et nuit sous l'oeil des caméras... Puis America rencontre le Prince. Et tous les plans qu'elle avait échafaudée s'en trouvent bouleversés... 

Tout jeu comporte des règles, et les règles sont faites pour être transgressées. 

Mon classement: Or

Mon avis : 

À la base, je ne m'attendais à rien de ce livre, ou de cette série. J'en avais entendu parler en bien et je trouvais les couvertures tout simplement sublimes (ce n'est pas bien la superficialité). On peut donc dire que je suis plongée aveuglément dedans, lui offrant sa chance de me charmer.

Nous nous retrouvons donc ici dans un renouveau des États-Unis, qui a été remodelé en système de caste gouverné par une monarchie. Ainsi, la caste 1 est la royauté, la 2 les célébrités, et ainsi de suite jusqu'à la caste 8 (à mon souvenir). Le personnage principal, America, fait partie de la caste 5, soit la caste des artistes. Sa famille vit donc des spectacles qu'elle offre lors des événements spéciaux tel que Noël. Elle est amoureuse d'Aspen, qui fait partie de la caste 6, soit la caste des travailleurs. La famille d'Aspen a beaucoup plus de difficulté à vivre et à se nourrir que celle d'America, et ce même si une seule caste les sépare. C'est vous dire le fossé qui existe entre les différentes castes, particulièrement entre la 1 et la 8 !

Un jour, America reçoit une lettre, comme toutes les jeunes filles du pays, qui l'invite à participer à la Sélection. En fait, dans ce pays, le prince n'a pas l'occasion de rencontrer beaucoup de jeunes filles. Son père décide donc d'organiser un show de télé-réalité où 35 jeunes filles seront invitées à vivre au palais royal, et entre lesquelles le prince devra choisir sa princesse. Ces 35 jeunes filles seront pigées au hasard parmi tous les formulaires qui leur seront envoyés. Naturellement, America est choisie pour faire partie de cette sélection et doit donc abandonner Aspen pour rencontrer le prince et participer à ce concours de séduction qui ne l'inspire pas du tout.

Lorsque je suis parvenue au moment où America a été choisie pour le concours, je dois dire que j'ai une certaine peur. Peur qu'elle change complètement sa personnalité et ses aspirations pour plaire à ce prince, histoire de ramasser le plus d'argent possible pour sa famille (parce que oui, lorsqu'elles sont sélectionnées, les familles des jeunes filles reçoivent une forme de dédommagement pour le travail et l'argent que l'enfant ne peut plus rapporter à celles-ci). J'ai heureusement été agréablement surprise par le comportement d'America vis-à-vis du prince. Je ne m'attendais vraiment pas à ça ! Elle est restée humble et honnête envers lui, en lui expliquant clairement le rôle qu'elle voulait jouer dans la compétition. Je dois dire que j'ai adoré le caractère bien trempé d'America, qui n'hésite pas à détruire sa réputation aux yeux de la famille royale et du public pour s'en tenir à ses convictions profondes. Pour ça, je lui lève mon chapeau.

Pour parler de la lecture en elle-même, disons qu'on peut qualifier ce livre de véritable "Page turner". Il est TOTALEMENT impossible de le lâcher une fois commencer. Je l'ai terminé en une seule soirée ! Et il faut dire que c'est étonnant : en fait, je ne réussis même pas à comprendre pourquoi il est aussi addictif...! Je vous laisserai juger par vous-mêmes ce phénomène. Il faut dire que l'histoire coule toute seule (étant écrite dans un vocabulaire très simple) et qu'il y a de nombreux rebondissements, mais j'ai déjà lu des livres avec beaucoup plus d'actions que celui-ci que j'avais lu beaucoup moins rapidement !

Bref, j'ai bien apprécié cette lecture assez légère en soi, mais dont l'univers promet de se complexifier dans le futur. Pour un livre qui semblait être centré sur une simple romance pratiquement adolescente, j'ai été ravie de constater que ce n'était pas le cas et que l'auteure avait pris le temps de complexifier les choses pour éliminer les évidences. Je suis ravie d'avoir pu le lire et c'est certain que je poursuivrai cette série, même s'il ne s'agit pas d'un coup de coeur.

Et vous, est-ce que vous avez aimé ce livre ou la série ? Est-ce que la suite vaut la peine ? Et avez-vous, comme moi, été happée par l'histoire au point de ne pas avoir pu la lâcher avant de l'avoir terminé ? Dites-moi tout dans les commentaires !


17/12


1 novembre 2016

Bilan de Septembre et Octobre 2016


Bonjour à tous ! 

Déjà, nous en sommes rendus au mois de Novembre ! 2016 a passé tellement vite ! Parlant de ça, il faudrait vraiment que je me mette à la rédaction de mes chroniques, question de pouvoir valider ma participation et mon accomplissement du challenge Littérature de l'Imaginaire...! Parce que c'est bien beau lire des livres, encore faut-il les chroniquer pour qu'ils soient comptés dans le challenge ! 

J'espère que vous avez passé un très bel Halloween ! Pour notre part, nous étions tellement découragés, mon copain et moi, de ne pas accueillir d'enfants pour leur distribuer des bonbons (nous habitons dans un recoin de la ville où personne ne passe) que nous avons décidé de parcourir les rues pour littéralement courir après les enfants pour qu'ils prennent nos bonbons ! Les jeunes appelaient "La maison mobile" ! Bref, nous avons passé une très belle soirée, même s'il faisait assez froid pour une fin de mois d'octobre ! Les enfants étaient aussi contents de nous voir que nous mêmes de leur donner nos offrandes halloweenesques ! Pour information, nous étions respectivement déguisés en karatéka et petit chaperon rouge. 

Alors, parlons un peu lecture, maintenant. L'école ayant recommencé en Septembre, il était évident que la quantité de livres dévorables en deux mois allaient drastiquement baissés. Or, je ne m'attendais pas à ce qu'elle baisse autant...! Alors, durant ces deux mois, j'ai lu 4 livre, soit: 


Je suis toutefois en mesure d'expliquer ce niveau assez bas de lecture. D'abord, je n'ai pas vraiment accroché à l'histoire de Animale, de Victor Dixen. La lecture n'était pas aussi prenante que je l'aurais voulu, et donc, il m'a pris un mois à lire. Cela a donc constitué l'entièreté de mes lectures du mois de Septembre. Ensuite, j'ai décidé de me lancer dans une valeur sûre, question de me motiver à lire un peu plus. J'ai donc choisi de lire le 5e tome de Harry Potter, que j'ai vraiment beaucoup aimé (évidemment, me direz-vous). 

Puis, j'ai eu envie de lire un peu de fantasy et je me suis donc plongée dans le premier tome de L'âge de feu, une saga entièrement racontée par un dragon. Je dois dire que j'ai bien aimé, malgré qu'il y ait eu certaines longueurs sur le 3/4 du roman, puisque je considère celui-ci comme un préquel qui place l'histoire. J'espère simplement que mon hypothèse sera bonne et que les prochains tomes seront plus actifs. Finalement, je n'ai pas pu résister plus longtemps à l'appel du deuxième tome de la 5e vague, par Rick Yancey. À la fin de ma lecture, ma première réaction a été : Juste ça ? J'ai ensuite comparé le premier et le deuxième roman pour constater que le 2e avait 200 pages de moins ! Bref, j'ai vraiment eu l'impression qu'il ne s'est pratiquement rien passé dans ce tome, en comparaison de ce qui nous était présenté dans le premier.

Les lectures chroniquées:


Actuellement, je suis en train de lire un livre que j'ai aussi vu beaucoup de gens apprécié. Je note entre autres Audrey de la chaîne Le souffle des mots et Nathan de la chaîne Le cahier de lecture de Nathan (que je vous invite d'ailleurs à découvrir) qui ont placé ce livre dans leurs coups de coeur, et il s'agit du livre préféré de Nathan. Je parle bien sûr de : 


J'ai déjà commencé et je dois dire que j'ai été estomaquée de constater à quel point la plume de l'auteur est belle ! J'apprécie chaque mot, chaque phrase de ce roman. De plus, il y a énormément d'analogies entre le monde de Tobie et le nôtre, qui nous fait encore plus savouré ce petit bijou. 

Sur ce, je vous laisse à vos lectures et je vais moi aussi retourner à la mienne ! Profiter bien de vos mois de Novembre et Décembre, on se retrouvera le 1er Janvier pour le dernier bilan de l'année ! 

Bonnes lectures à tous !