8 août 2017

Nos étoiles contraires : Le film !

Bonjour à tous ! 

J’ai envie de vous parler du film que je viens tout juste de voir, mettant en vedette Hazel Grace et Augustus Waters. Vous l’aurez deviné, il s’agit de Nos étoiles contraires. Ayant eu l’opportunité de lire le livre écrit par John Green il y a maintenant plus d’un an, il m’apparaissait intéressant de faire une comparaison entre cette lecture et le visionnage.

Je commencerais ainsi : Je n’ai pas préféré le livre au film, ou le film au livre. Je les ai tous les deux appréciés, mais pour des aspects différents. Dans le livre, il plus facile de comprendre les sentiments profonds d’Hazel, et la richesse des pensées des personnages, parce qu’on prend le temps de les lire, de les savourer. Dans le film, tout va trop vite pour cela. On n’arrive pas non plus à cerner avec assez de précision à quel point Une éternelle affliction est un livre important dans la vie d’Hazel. À mon souvenir, l’auteur nous cite certains passages du livre, de telle sorte que l’on comprend directement le sentiment qu’évoquer Hazel et Gus lors de leurs nombreuses conversations sur le sujet.

Dans le film, par contre, on réussit à ressentir les émotions des personnages. Dans le livre, ce sont plutôt les mots utilisés qui créent des émotions. Je veux dire par là que les conversations profondes des personnages sur divers sujets et le sentiment qu’elles instiguent sont mieux retransmis à l’écrit, mais que les émotions que vivent les personnages eux-mêmes le sont mieux à l’écran. Pour donner un exemple concret, notons que je connaissais la fin du livre (et donc du film) avant même de l’avoir lu. Or, je n’ai pas ressenti des émotions aussi fortes à la fin du livre qu’à la fin du film. J’ai dû pleurer durant les 45 dernières minutes du film, alors que le livre n’a pas réussi à me faire verser ne serait-ce qu’une larme. Je crois que cela exprime bien ce que je veux faire comprendre.

Ainsi, encore une fois, je suis incapable de me prononcer sur ma préférence entre le livre et le film. Je les ai vraiment appréciés tous les deux. Alors toi, oui toi, qui n’a pas été conquis par le livre, je te dis ceci : Fonce, et écoute le film ! Qui sait, peut-être que tu découvriras une toute nouvelle façon de voir l’histoire, et qu’elle réussira à te conquérir cette fois-ci ? Tu ne peux que lui laisser une chance !


P.S. : En passant, je n’avais pas compris le concept du « Okay » dans le livre (honte à moi), mais je l’ai vivement apprécié dans le film. Comme quoi rien n’est jamais perdu ! 



1 avril 2017

Sang de pirate tome 2: Tempêtes par Elisabeth Tremblay

Auteur: Elisabeth Tremblay
Éditeur: Éditions de Mortagne
Collection: ---
Pages: 496 pages
Parution: 7 octobre 2015

Quatrième de couverture : 

Convaincu que le meilleur moyen de passer inaperçu c'est de vivre à la vue de tous, Maksim découvre enfin Armoryle, où il s'engage à bord d'un navire marchand. Son but: découvrir Alstrass et devenir navigateur pour enfin récupérer les trésors de Sax. Mais d'attaques pirates en escales houleuses, sa quête s'annonce beaucoup plus ardue qu'il ne le croyait. 

Loin de la convoitise de Grévec, Tiss tente de s'adapter à son nouveau monde, si différent du sien. Mais l'appel d'Alstrass gronde en elle autant que son désir de vengeance. Trouvera-t-elle le moyen de rentrer ou sera-t-elle à jamais prisonnière d'Hulmia, mais surtout de ce qu'elle est ? 

ATTENTION, SPOILERS SUR LE TOME 1 !!! 
Mon avis: 

J'ai commencé ce roman dans l'optique de poursuivre un tome coup de cœur de l'année dernière, mais aussi pour me motiver à recommencer à lire, à la suite d'une pause de 2 mois. Heureusement pour moi, c'était justement ce qu'il me fallait : une plongée dans un univers de fantasy a toujours eu le don de me passionner, quelle que soit l'histoire derrière.

C'est donc avec une certaine appréhension que j'ai commencé ce deuxième tome d'une de mes auteures québécoises préférées. J'avais bien hâte de découvrir le sort qu'elle allait réserver à ses personnages, puisque le premier tome s'était terminé sur un gros suspens pour les deux personnages principaux. J'avais très hâte de voir comment elle allait exploiter ces idées nouvelles, qui me semblaient regorger de potentiel !

De prime abord, je l'annonce tout de suite, cette suite n'a pas réussi à me convaincre autant que le premier tome, pour lequel j'avais eu un coup de coeur. Ce que je lui reproche en premier lieu, c'est justement de faire plus office de suite que de tome en lui-même. On sent bien qu'il s'agit d'un tome de transition uniquement, qui ne vise pas du tout à faire avancer les quêtes propres aux personnages, mais plutôt à leur faire vivre certains événements sans grand intérêt pour forger LA personnalité voulue pour la suite des choses. Tome auquel je reproche donc d'être trop utilitaire...

J'étais très contente de retrouver Tiss dans son tout nouvel environnement, Hulmia. À la fin du premier tome, on voyait qu'elle était complètement dépaysée devant toute la technologie et les nouveautés qui l'entouraient alors, en plus de devoir palier avec un nombre incalculable de langues étrangères. Je n'avais qu'une envie alors, c'était de voir comment elle se débrouillerait dans ce nouveau monde ! Malheureusement, je n'ai pas trouvé ce à quoi je m'attendais. L'auteure décide de faire une version accélérée du temps et des événements dans ce 2e tome, ce qui me donnait l'impression de flotter au-dessus de l'histoire plutôt que de la vivre avec les personnages. Pour ce qui est de Tiss en particulier, l'adaptation s'est fait en un claquement de doigt pour nous, lecteurs. En effet, comme le temps passe excessivement vite, en l'espace de 3 pages, Tiss s'est habitué à la vie moderne, utilise un ordinateur, internet, les textos et parle comme une vraie adolescente québécoise. Je trouve que cela ne fonctionne pas d'abord avec la façon dont l'auteure nous a présenté l'arrivée de Tiss sur Hulmia à la fin du tome 1, mais aussi avec l'idée même de changer de monde. En effet, selon moi, tout l'intérêt de faire voyager des personnages d'un monde à l'autre est de le découvrir, mais surtout de s'adapter à ce nouveau monde, et non pas de passer sous silence cet événement important pour seulement axer sur sa difficulté à oublier son monde à elle.

J'étais aussi très contente de retrouver en parallèle Maksim, qui décide étrangement de retourner à l'endroit même où il s'est fait prendre la première fois en espérant que le sort ne s'acharne pas sur lui. Maksim vit dans ce tome avec l'idée que la meilleure des cachettes, c'est de vivre parmi la foule. Il décide donc de s'embarquer sur un navire marchand comme matelot pour enfin vivre son rêve de voguer sur les flots. En même temps, il décide de profiter de ses aller-retour en mer pour essayer de glaner des indices sur les trésors de Sax, sa quête principale. Ici aussi, les sauts dans le temps m'ont dérangé puisque je n'avais vraiment pas l'impression de vivre l'aventure avec Maksim. En effet, on ne connaît que les grands moments marquants des voyages de celui-ci, mais sans plus. Pour vous donner une idée, le roman fait débouler pour nos deux protagonistes un total de 5 ans, et nous faisons sans cesse des sauts de 2 mois à 6 mois.

Et puis, je ne sais pas pourquoi, mais l'auteure a vraiment voulu partager les expériences sexuelles de ses personnages. En effet, les divers passages où nous étions avec Maksim, en particulier, il faisait toujours les mêmes choses : Jouer aux dés et aller dans une maison de filles de joie. Cela devenait très répétitif et lassant. Tiss n'est pas épargnée non plus à ce niveau là : elle vit de très nombreuses aventures sexuelles avec plusieurs partenaires différents, et elle le répète souvent. Ce n'est pas que ces passages m'ont dérangé (ils ne sont vraiment pas explicites, je vous rassure), mais au vu de la place que cela a pris dans l'histoire, je considère presque cela comme étant une thématique importante.

Pour terminer, je n'ai pas été convaincue par ce roman, et ce même si l'univers dans lequel il se passe me passionne. J'ai trouvé plutôt désolant que le tome ne soit qu'un survol de l'histoire, et ce pour les deux personnages. J'aurais voulu en connaître plus de leurs aventures respectives, que ce soit de l'adaptation de Tiss sur Hulmia que des aventures en mer de Maksim sur Alstrass. Hormis cela, je ne peux que vouloir lire le tome suivant, car les 50 dernières pages, ainsi que tous les éléments qui ont longuement été préparés dans ce tome, ne peuvent que donner un résultat extraordinaire.

J'ai conscience que mon avis peut sembler très négatif, mais je vous conseille de ne pas vous y arrêter. Plusieurs personnes de ma connaissance ont aimé, même adoré ce roman et mon but n'est clairement pas de vous arrêter dans votre élan. Si vous l'avez lu, n'hésitez pas à me partager votre avis, je serais très heureuse d'en discuter avec vous !

Sur ce, bonnes lectures à tous !

26 mars 2017

La passeuse d'âme par Marie Vareille


Auteur: Marie Vareille
Éditeur: Poket Jeunesse
Collection: ---
Pages: 317 pages
Parution: 4 mai 2016


Quatrième de couverture: 

"Les prophéties ne s'accomplissent que si quelqu'un a suffisamment de courage pour les réaliser" 

Elia est une Passeuse d'Âmes, un être sans émotions. Elle doit exécuter ceux qui sont devenus des poids pour la société : vieux, malades, opposants... 
Mais un jour elle ne parvient plus à obéir aux ordres et s'enfuit dans la région la plus déshéritée du pays, là où les Passeurs d'Âmes sont considérés comme les pires ennemis. Au plus profond d'immenses mines à ciel ouvert, Elia découvrira, telle une pépite, une destinée qui la dépasse. 

Mon avis: 

Avant de commencer cette chronique, je me devais de souligner la beauté de cette couverture, qui en plus d'être sublime présente plusieurs détails qui se révèlent très importants au cours de l'histoire. Alors oui, je dois l'avouer, j'ai été faible : dès que je l'ai vu sur l'étagère des nouveautés à la bibliothèque, je n'ai pas pu m'empêcher de le prendre. Et, cette idée en tête, je me suis convaincue de ne pas lire la quatrième, question d'être le plus surprise possible. Sur ce plan là, je dois dire que ça a très bien réussis ! 

Nous embarquons donc dans la vie d'Elia, dans la grande cité, qui est un peu à part des autres en raison de son affectation de travail. En effet, Elia est passeuse d'âmes. Le nom en soi, quoique poétique, évoque très bien le travail d'Elia : elle doit exécuter les gens qui défilent devant elle, l'un après l'autre. On peut déjà ici faire un rapprochement avec l'une des premières dystopies jeunesses : Le passeur par Lois Lowry. Même si les noms se ressemblent, les deux protagonistes ne font pas du tout la même chose ! En fait, le parallèle que je voulais faire, c'est que dans la société hyper contrôlée qui nous est présentée dans Le passeur, il y a aussi des gens dont l'affectation est de faire mourir des gens. Bref... Et puis, ce n'est qu'à ce moment que je me rends compte que je suis tombée sur une énième dystopie, et cela me fait très peur... 

Toutefois, contrairement à ce que je pensais, cette dystopie sort un peu plus des sentiers battus. Bon oui Elia découvre petit à petit que le grand gouvernement qu'elle admirait est en fait très méchant avec une certaine classe de la population, mais elle le fait d'une façon, je dirais, différente. En effet, Elia est plongée directement au coeur du problème dès le début. Elle ne fait pas que le connaître, elle le vit. Et au lieu d'être le chasseur, elle devient très rapidement la chassée, sans qu'elle puisse y faire quoi que ce soit. Bien sûr, pour ceux qui ont lu beaucoup beaucoup de dystopie comme moi, cela devient un peu lassant, mais avec seulement ce petit élément de nouveauté, j'ai réussi à lire le roman sans trop penser qu'il s'agissait seulement de du déjà-vu. 

Je dis sans trop penser parce qu'il faut tout de même souligner que cela m'a pris 2 mois pour le lire. Alors oui, il était intéressant et oui j'avais énormément de choses à faire sur le côté, mais je crois qu'il manquait le petit déclic pour me donner envie de me plonger dans cette histoire plutôt que de me consacrer à un autre loisir. Et comme de fait, sitôt qu'il a été terminé et que je me suis plongée dans la lecture d'un autre roman, j'ai dévoré le second en un temps record ! Bref, tout cela pour souligner le fait que je vais tenter de ne plus lire de dystopie, hormis les suites qu'il me reste à terminer... Et oui, je sais que je l'avais déjà dit dans un autre article, mais à ma défense, ce livre ne semblait pas du tout prendre cette direction au départ ! (La fille essaie vraiment de se croire !) 

Donc, parlons de quelque chose d'un peu plus consistant. L'intrigue était très bien tournée, je n'ai aucun reproche à lui faire. L'élément déclencheur de l'histoire nous amène tout de suite à nous poser des questions, autant sur Elia que sur le monde dans lequel elle vit. On nous tient bien en haleine la plupart du temps. Il y a toutefois un bon temps mort en plein milieu du récit, où il ne se passe pas grand chose, sauf peut-être une péripétie qui n'a pas tout à fait réussis à me convaincre qu'elle n'était pas seulement là pour meubler le temps. 

Les personnages, quant à eux, étaient très intéressants. D'abord, Elia est déjà la bizarre de son école, mais aussi de son travail. En effet, être Passeur d'âmes n'est pas très bien vu, puisque ceux-ci ont la réputation d'être des meurtriers qui ont un besoin viscéral de tuer des gens. Or, contrairement à ce que son code génétique a indiqué aux répartiteurs, Elia n'est pas du tout insensible et ne fait passer les âmes que parce qu'on lui demande de le faire. Déjà à ce point de l'histoire, je l'appréciais plus que beaucoup d'héroïnes. Et puis le temps passe et on la découvre dans un autre contexte, beaucoup plus éprouvant. À mon grand soulagement, l'auteure est restée fidèle à la personnalité de base. Oui, elle devait l'adapter, mais elle n'en est pas devenue insipide pour autant. Elle n'avait pas le petit quelque chose qui fait qu'on l'adore, mais elle était au moins du côté des "J'aime". 

Puis on rencontre Tim... Lui aussi a une personnalité plutôt complexe, mais ce que je retiens le plus de lui, c'est son grand coeur. Il n'hésite jamais à aider les autres, peu importe dans quel galère ils se sont mis. Et puis, même s'il a très peu pour lui-même, il donne tout ce qu'il est capable de donner. Il y a certaines de ses réactions avec lesquelles je n'étais pas tellement d'accord, par exemple celles créées par la jalousie, mais sinon il m'est apparu sympathique. 

Pour terminer, j'ai bien apprécié ce roman, même si, comme dit plutôt, il s'agissait d'une dystopie. Je le recommande toutefois à tous ceux qui trouvent encore beaucoup de plaisir à en lire, surtout que Marie Vareille est une auteure fièrement française ! 

N'hésitez pas à me dire ce que vous avez pensé de ce livre, si vous l'avez lu ! Je ne l'ai pas beaucoup vu sur la blogosphère, alors je serais curieuse de voir ce que les autres ont pu en penser ! 

Sur ce, bonne lectures à tous ! 

3 janvier 2017

Bilan de l'année 2016


Bonjour à tous !

Et ainsi se termine l'année 2016 ! Pour certain, il s'agit d'un bon moment pour tourner la page et avance vers l'avenir qui se dessine devant nous, en espérant que certains des malheurs qui ont frappé le monde en cette année 2016 ne refassent plus jamais surface ! Pour d'autres, l'année 2017 n'est qu'une continuation, puisque la quantification du temps qui passe n'est que la réalisation d'un désir humain qui n'a pas toujours sa raison d'être. Pour moi, c'est un peu un mélange des deux. J'espère sincèrement que l'année 2017 ne verra pas les mêmes atrocités que celle de 2016 mais, étant une juriste en devenir, je ne peux que redouter les impacts de différents événements (nous ne parlons pas du tout ici de l'élection d'un certain président dans un certain pays un peu trop proche du mien). Car oui, pour nous les Canadiens, la décision prise par les États-Unis a des impacts réels dans nos vies de tous les jours et je ne compte plus le nombre de personnes qui redoutent les conséquences désastreuses que pourraient avoir cette élection sur le Canada. 

Mais bref, sur une note un peu plus joyeuse, l'année 2016 a été riche en enseignement pour ma part. J'en suis maintenant à presque 3 ans d'étude en droit et biologie, et je vois bientôt la lumière au bout du tunnel, ce qui n'est pas peu dire ! Je vais tenter de me dégoter un premier stage dans mon domaine cet été, et c'est une expérience que j'ai très hâte de vivre, d'autant plus que notre formation ne nous permet pratiquement pas de réellement connaître le milieu dans lequel nous allons travaillé à la fin de nos études. Et puis, j'ai réussi à lire beaucoup, même énormément de livres cette année, en comparaison avec tout ce que j'ai pu faire dans les 5 dernières années ! Je me sens retourner à l'école secondaire ! 

Donc, dans l'année 2016, j'ai lu un total de 59 livres ! De ces livres, 29 ont pu faire partie du Challenge Littérature de l'Imaginaire Édition 2016, et 2 pour l'Édition 2017 ! J'ai donc réussi à atteindre mon objectif de 25 livres, même si ma PAL a plutôt augmenté que diminué (oups !)

Les coups de cœur de l'année : 
Et mes déceptions... 
Et maintenant, parlons un peu des objectifs pour 2017 ! 
  • Je veux lire au moins 30 livres 
  • Terminer le Challenge Littérature de l'Imaginaire Édition 2017 
  • Les deux points ci-haut impliquent de chroniquer les livres lus, alors me tenir le plus possible à jour à ce niveau 
  • J'ai actuellement 16 chroniques en retard, l'objectif serait d'arriver à la fin de l'année prochaine avec un nombre de 2 chroniques à faire le 1er janvier 2018. Je souhaite bonne chance à moi-même ! xD 
  • Commencer à lire en anglais. Je viens de me procurer le livre Keeper of the lost cities par Shannon Messanger, et je veux donc l'avoir lu d'ici l'année prochaine. Avoir lu 3 livres en anglais dans mon année serait intéressant.
Et voilà, j'espère que vous avez réussi à tout lire jusqu'ici ! Si c'est le cas, chapeau et vous, et n'hésitez pas à laisser un petit commentaire, par exemple avec le lien vers votre article de revue de l'année à vous, que l'on puisse s'échanger de bonnes idées ! Sur ce, je vous souhaite une très belle année 2017, quelque soit vos aspirations actuelles ! Et bonnes lectures surtout !

2 janvier 2017

Bilan de Novembre et Décembre 2016


Bonjour à tous ! 

Nous revoici pour un nouveau bilan, concomitant avec celui de la fin de l'année ! Je suis particulièrement heureuse des lectures que j'ai réussi à faire cette année... Mais c'est une autre histoire ! J'en parlerai plus en détail dans le prochain bilan, qui arrivera dans quelques jours tout au plus. Alors, pour ces mois de Novembre et Décembre, qui ont été plutôt bien remplis à cause de mes études, mais surtout de mes lectures, il y a X livres au compteur ! Je suis très heureuse d'avoir pu découvrir des livres qui me tentaient depuis un moment ! 

Par exemple, j'avais énormément entendu parler  d'Une braise sous la cendre de Sabaa Tahir. Je l'ai vraiment beaucoup apprécié, et je crois bien que ça a été un coup de coeur... À suivre ! Je me suis aussi laissé tenté par le premier tome de Sang de pirate d'Elisabeth Tremblay, une auteure québécoise que je suis depuis le début de sa carrière, avec la série Filles de lune qui compte,elle, 5 tomes ! Ainsi, ayant eu une bonne expérience par le passé, je me suis directement lancé dans cette nouvelle saga, et ce même si les pirates et moi, ça ne fait pas deux. J'ai été étonnamment surprise d'avoir autant apprécié ce premier tome, et c'est à la première occasion que je lirai le suivant ! 

Ensuite, nous avons le premier tome de Tobie Lolness, par Timothée de Fombelle. Alors là, ça a fait gros ! Je n'avais jamais lu de livre de cet auteur jusqu'à maintenant, et après avoir lu celui-ci, je pense qu'il s'agit d'un manque cruel à ma culture personnelle ! Ce livre était génial: la plume est magnifique, même si on sent qu'elle pourrait être à son paroxysme si l'histoire avait été destinée à un public plus âgé, les double sens sont sans cesse présents et les personnages étaient très attachants. Plusieurs thèmes sont abordés ici, entre autres la peur de l'inconnu et la force de la propagande sur une société, et ce n'est que d'autant plus enrichissant. C'était sans conteste un coup de coeur !

Je m'étais aussi fixée l'objectif de relire la saga Harry Potter en entier avant la fin de l'année, alors que je les ai recommencé à partir du mois de juin. Eh bien, je peux dire que c'est chose faite, mais je viens tout juste de terminer le tome 7 hier soir, avant minuit ! J'ai évidemment adoré les deux tomes, que j'ai lu à environ 1 mois d'intervalle. Je me suis aussi rendue compte que le tome 6 est très très différent du film (je l'avais complètement oublié), mais aussi qu'il s'agit toujours de mon tome préféré de la saga ! Avec Slughorn comme professeur de potion, Ron comme préfet et gardien de but au Quidditch et toute l'histoire entourant le prince de sang mêlé en plus de la découverte de plusieurs aspects de la vie de Voldemort avant la cicatrice de Harry, ça ne peut qu'être celui que je préfère !

Puis, je me suis aussi permis une lecture un peu plus lourde et plus réelle pour une fois ! Je me suis donc attardée au récit Le dernier procès: l'affaire Jacques Delisle, qui relate la saga juridique de cet ex-juge du Québec qui est accusé de meurtre à l'encontre de sa femme. Nous avons donc ici rassemblé toute la preuve soumise à la Cour, ainsi que des tweets des journalistes et les réactions de la famille aux divers moments du procès. Il s'agissait d'une lecture très enrichissante qui m'a vraiment passionnée, ce qui m'a moi-même étonné ! En effet, je pensais trouver le tout lourd à lire, mais il n'en a rien été. Le travail de l'auteure est remarquable et  la chronologie qu'elle a utilisée était très pertinente en l'espèce.  

Finalement, j'ai lu le 4e tome de la Sélection par Kiera Cass et Le voleur de coeur par Rawia Arroum. Je les traite ensemble même s'ils n'ont pas tellement de lien et que je n'ai pas du tout eu le même sentiment en les lisant, soyez rassuré. D'abord, dans la Sélection, on tombe avec un tout nouveau narrateur, que j'ai beaucoup moins apprécié que dans la première trilogie. La jeune fille que l'on suit est très "enfant gâtée", même à près de 20 ans. Elle fait des crises pour un rien et croit que tout lui est dû dans la vie. Je comprends que c'était la volonté de l'auteure de la faire commencer l'histoire avec ce caractère désagréable, mais cela a fait en sorte que je ne me suis pas du tout attachée à elle. Vous comprendrez donc qu'il ne s'agissait pas, pour moi, du meilleur des tomes de cette série. Malgré tout, il a réussi à battre la déception que j'ai eu avec Le voleur de coeur... Un univers incroyablement riche et intéressant, mais avec une trame qui ne réussit pas à suivre. J'ai trouvé que l'auteure semblait vouloir finir son livre le plus rapidement possible à la fin, alors qu'elle a bien pris le temps de nous décrire son monde au tout début. J'avais, de plus, réussis à découvrir une bonne partie du punch de la fin, alors cela n'a fait qu'ajouter à ma déception vis-à-vis ce livre. 

Bref, vous pouvez donc retrouver les livres lus ci-bas, ainsi que les chroniques qui sont déjà écrites ! 






Les livres chroniqués : 
Et maintenant, qu'est-ce que je lis ? 


Oh, surprise et consternation, j'ai reçu le tout nouveau tome de Harry Potter à Noël et je me suis jetée dessus dès que j'en ai eu l'occasion ! Pour le moment, je suis un peu déçue... Les personnages ne sont pas comme je me les rappelais et ne font pas ce qu'ils auraient fait si c'était J.K. Rowling qui les maîtrisait. Car oui, même si son nom est écrit en très gros sur la couverture, cette oeuvre théâtrale est écrite par Jack Thorne uniquement ! J'espère que la suite me plaira plus que ce que j'ai découvert jusqu'à maintenant ! 

Sur ce, bonne année 2017 à tous ! On se retrouve dans très peu de temps pour le Bilan de l'année 2016 ! 

10 décembre 2016

L'Héritière par Kiera Cass

Auteur: Kiera Cass
Éditeur: Robert Laffont
Collection: R
Pages: 432
Parution: Mai 2015


Quatrième de couverture: 

Vingt ans après la Sélection d'America Singer, et malgré l'abolition des castes, la famille royale d'Illéa doit à nouveau faire face au mécontentement du peuple : l'heure est venue de lancer une nouvelle sélection. 

À dix-huit ans, la princesse Eadlyn se sent prête à devenir reine. Elle l'est beaucoup moins à trouver un mari, au point que cette idée ne l'a même jamais effleurée. Quand elle consent finalement à ce que ses parents lui organisent une Sélection, Eadlyn voit son quotidien bouleversé par l'arrivée de ses 35 prétendants et la folie médiatique qui l'accompagne. Mais entre les raisons du coeur et la raison de l'État, la Princesse va devoir faire des choix, et, au fil des semaines, se prendre à ce jeu dont dépend l'avenir d'Illéa. 

Mon avis: 

Malgré ma petite déception pour le 3e tome, j'avais très hâte de découvrir ce volet, qui change complètement de narratrice. En effet, 20 ans ont passé depuis la Sélection d'America et Maxon, et ils ont maintenant une famille nombreuse et une fille en âge de se marier. Nous suivons donc l'aîné de leurs enfants (de 7 minutes, comme elle s'évertue à nous le rappeler), la princesse Eadlyn. J'avais espéré un point de vue masculin pour ce 4e tome, mais suivre la fille d'un ancien personnage principal est aussi très intéressant comme expérience ! 

Tout d'abord, je me dois de souligner, encore une fois, que cette série est faite pour être dévorée ! Je ne sais ni comment, ni pourquoi, mais j'ai encore réussi à lire ce roman en 2 jours, et je suis en plein dans l'étude de mes examens finaux ! Dès que je l'ai eu commencé, je ne pouvais pas m'empêcher d'y penser TOUT LE TEMPS. Qualité ou défaut ? À vous d'en juger ! Le meilleur conseil que je peux faire à moi-même, maintenant, c'est de ne surtout pas aller chercher le 5e et dernier tome de la série, sous peine d'échouer mes examens ! 

J'avais quelques appréhensions à découvrir une nouvelle héroïne, surtout une fille qui a vécu toute sa vie dans le luxe d'un château... Et j'avais bien raison. Dès le départ, j'ai trouvé Eadlyn insupportable. En plus de se plaindre sans cesse de sa fonction et du travail qu'elle doit accomplir, elle ne se soucie de rien d'autre qu'elle-même. Elle croit qu'elle est le centre du monde, et que seule son histoire à elle est importante. Le seul aspect de sa personnalité que j'ai plutôt apprécié, c'est son aptitude à ne pas se laisser marcher sur les pieds, peu importe la situation. Elle sait qu'elle est une fille qui occupe un poste de pouvoir, et que dans les circonstances, elle se doit d'être autoritaire et confiante pour ne pas qu'on discute ses décisions. Cette façon d'être et de penser la suit partout, dans ses relations avec tout un chacun, ce qui lui nuit grandement dans les circonstances. Car oui, apprendre à connaître 35 garçons, cela nécessite de s'ouvrir aux autres, de créer une brèche dans les fortifications qu'elle a maintenu autour de son coeur toute sa vie. Et il faut dire que cela ne lui réussit pas... 

Pour ce qui est des garçons, on peut dire qu'ils ont été bien construits. Chacun à sa personnalité propre et, même si l'auteure joue à la limite des stéréotypes pour certain, il n'en demeure pas moins qu'on y croit. J'adore tout bonnement le personnage de Kile ! Il est très intelligent et n'a pas la langue dans sa poche, en plus d'avoir bon coeur et de s'intéresser aux autres. J'aime aussi Ekkio, qui je crois nous réservera encore des surprises dans le prochain tome ! Il y en d'autres que j'ai bien appréciés, mais je ne me souviens plus exactement de leurs noms... Je comprends tout à fait Eadlyn d'avoir de la difficulté à se rappeler de leurs noms à tous ! 

Je ne pouvais pas passer sous silence mon ressenti face à l'univers dystopique de cette série. Oui l'action est concentrée sur la vie au château, mais je ne crois pas que cela dispense l'auteure de développer son univers derrière. Durant la Sélection d'America, des renégats n'arrêtaient pas d'attaquer le château. Or, dans celui-ci, on ne nous donne pas d'explication décente de ce qui s'est passé pour que les attaques s'arrêtent, hormis qu'elles ont tout bonnement cessé. Je trouve que c'est de la négligence que de ne pas nous donner une explication rationnelle et plausible sur les événements. Oui les castes ont été abolies, mais ce n'est pas du tout suffisant pour moi. Ainsi, j'ai peur que le 5e tome de la série ne réponde pas à mes attentes à ce niveau-là, avec la grogne qui commence lentement à s'élever. J'ai peur qu'on nous dise: "Miracle, tout s'est arrêté... Ils vécurent heureux et eurent beaucoup d'enfants ! " Je veux plus de profondeur dans la dystopie que je suis sensée lire, chose que je n'ai pas retrouvé dans la trilogie initiale. Je croise fort les doigts ! 

Pour terminer, l'auteure avait encore ici une plume très fluide et entraînante, même si elle n'est pas spécialement recherchée. Les divers rebondissements du roman m'ont aussi bien plu, même si je pense qu'il aurait pu y en avoir un peu plus. J'ai vraiment bien aimé la fin du livre, qui a provoqué de nombreuses réactions de ma part. J'ai donc très hâte de connaître la suite pour enfin savoir ce qu'il adviendra ! 

Dans l'ensemble, ce 4e tome m'a assez plu, malgré que nous suivions une héroïne au caractère qui ne me correspond pas. Toutefois, les divers événements la transforment tranquillement, de telle sorte que j'ai espoir qu'elle sera un peu plus supportable dans le 5e et dernier tome. Les personnalités des sélectionnés et les rebondissements ont bien été travaillés par l'auteure, ce que j'ai beaucoup apprécié durant ma lecture. Comme vous vous en doutez, toutefois, j'ai très hâte, mais aussi très peur de me plonger dans la suite. J'espère vraiment que l'auteure ne négligera pas le côté dystopique de son histoire pour ne se concentrer qu'exclusivement sur la romance, comme elle l'a fait avec America.



6 décembre 2016

L'Élue par Kiera Cass

Auteur: Kiera Cass
Éditeur: Robert Laffont
Collection: R
Pages: 360
Parution: 7 mai 2014


Quatrième de couverture: 

La Sélection a bouleversé la vie de trente-cinq jeunes filles à tout jamais. Pour les quatre encore en lice au Palais, les amitiés qu'elles ont nouées, les rivalités qui les opposent et les dangers qu'elles ont dû affronter vont les lier pour le restant de leurs jours. Car l'heure est désormais venus de désigner l'heureuse élue... 

America n'a jamais osé rêver être si près de la couronne, ni du coeur du prince Maxon. Mais, à mesure que la compétition approche de son issue inexorable et que les menaces qui visent le Palais se font plus pressantes, elle se rend compte de ce qu'elle risque de perdre et de l'âpreté de la lutte à mener pour obtenir ce qu'elle désire si ardemment. 

Mon avis: 

Aussitôt que j'ai eu terminé les 1er et 2e tomes de la Sélection, je me suis jurée que, lors de mon prochain passage à la bibliothèque, je repartirais avec celui-ci. Et heureusement pour moi, il était là, m'attendant bien sagement sur la tablette ! 

La Sélection n'est pas la série la mieux écrite. Elle n'est pas la dystopie qui permet de nous faire réfléchir sur notre monde et, en plus, elle est un peu (très) girly. Mais (parce que oui, il y a un mais), j'ai rarement lu des page-turner aussi addictifs que celui-ci avec aussi peu d'action et de contenu. Je ne peux pas m'expliquer moi-même engouement que je ressens pour cette série. C'est un peu comme suivre toutes les télé-réalités sur l'amour que l'on peut voir de nos jours. On commence à l'écouter en se disant que tout ça est fake et que le tout ne va être que du faux drama pour attirer les cotes d'écoute... Et puis on tombe dans le cercle infernal de la télé-réalité, à vouloir savoir qui va faire le prochain coup bas et comment vont s'en sortir les concurrent(e)s à la fin... C'est le même sentiment que j'ai en lisant La Sélection. 

On retrouve donc America pour une dernière fois dans ce roman qui se lit beaucoup trop vite. Nous sommes rendus dans la dernière ligne droite pour l'obtention de la couronne, alors qu'America se pose encore beaucoup trop de questions par rapport à ses sentiments. Honnêtement, à certains passages, je l'aurais volontiers gifler pour qu'elle se réveille enfin de la léthargie dans laquelle elle est plongée depuis la moitié du premier tome. Ici, je ne parle qu'au niveau émotionnel car au niveau intellectuel, elle ne fait que progresser. De découvertes en découvertes, elle apprend en surface seulement ce qui s'est passé pour qu'Illéa devienne ce qu'elle est aujourd'hui. America espère donc de plus en plus révolutionner le système des castes dans lequel elle vit, en amenant des idées nouvelles qui ne sont pas dépourvues de sens !

En parallèle, on suit aussi les différentes attaques de rebelles, que ce soit contre le château lui-même ou contre ses membres lorsqu'ils sont en expédition à l'extérieur. On réussit à comprendre à demi leur but, et je n'ai toujours pas compris la différence entre les rebelles du Nord et du Sud, même maintenant. Je m'attendais à ce que ce troisième tome soit très très axé sur le mouvement de révolution des rebelles, que les rouages de l'univers dystopique dans lequel nous sommes plongés se dévoilent enfin à nous, mais non. Le tout est resté tel qu'il était dans les autres tomes. J'ai vraiment le sentiment que l'auteure a utilisé les attaques de rebelles pour mettre un peu de piquant à son histoire, mais qu'au fond elle n'avait jamais eu l'intention de les faire aboutir à quoi que ce soit de réel. Il s'agissait d'une simple trame de fond en continu, histoire de montrer que le système des castes déplaisait, mais sans plus. Je ne suis plutôt déçu à ce niveau. Lorsque j'ai terminé ma lecture, ma première réaction a été : "Quoi, c'est tout ? On n'en saura pas plus que ça ?"

Encore une fois dans ce tome-ci, j'ai bien aimé le caractère d'America, du moins lorsqu'elle utilisait sa tête. Pour ce qui est de ses réactions au niveau sentimentales, je me sentais exactement comme lors de ma lecture du 2e tome. J'avais envie de lui dire de faire un choix et de s'y tenir et d'arrêter de se torturer avec des choses qui n'existent même pas. Oui elle se sentait menacer par la famille royale à certains moments, mais ce n'était pas une raison pour hésiter à faire un choix. À sa place, cela m'aurait même appuyé dans mes convictions !

Pour ce qui est de Maxon, je le comprends totalement de ne pas savoir sur quel pied danser. Il se retrouve avec très peu de candidates, et sa préférée ne sait même pas ce qu'elle veut elle-même ! Ayant peur que tout rate à cause de cela, il se retourne nécessairement vers les autres, que sa famille ne cesse de lui recommander. Il est comme une souris prise dans un piège, qui doit faire un choix alors qu'il n'a pas tous les éléments sous la main. Je l'ai trouvé extrêmement patient et gentil, et ce même s'il fait quelques erreurs sans grande importance à mes yeux. J'espère vraiment qu'il sera impliqué dans les deux prochains tomes, pour le découvrir dans un contexte tout à fait différent !

Bref, vous aurez compris que j'ai bien aimé ce tome, même si selon moi il manquait beaucoup d'informations. L'auteure ne réussit pas à répondre à la moitié des questions que je me posais, et c'est bien dommage. Toutefois, je comprends qu'il s'agit d'une série un peu plus jeunesse, et donc que les implications politiques et les idées peuvent être moins creusés, mais tout de même. La simple finalité de l'histoire d'amour n'a pas réussi à combler mon envie insatiable de connaître le fin mot de l'histoire... Bref, malgré ces aspects un peu plus négatifs, l'histoire était bien écrite et fluide, et il s'agissait d'un véritable page-turner.

Ne vous arrêtez pas à mon avis ambigu, La Sélection est une série qui a conquis beaucoup de gens et, même si cela n'a pas nécessairement marché avec moi, je crois que vous devriez tout de même tenter le coup afin de vous faire votre propre avis. Qui sait, peut-être que ce sera un de vos prochains coups de coeur ?

Malgré tout, je crois quand même que je me laisserai tenter par les deux tomes suivants. Je suis curieuse de voir comment une fille peut réagir en étant à la place du prince Maxon... À suivre !

N'hésitez pas à me dire ce que vous avez pensé de ce livre, mais aussi de la série en entier ! Je vous souhaite de bonnes lectures à tous !